La Bourse de Paris assommée par la décision surprise de Donald Trump

Le Cac 40 s’affiche en forte baisse après la relance par Donald Trump de la guerre commerciale contre Pékin.

Donald Trump a relancé la guerre commerciale contre Pékin, avec l'extension annoncée des droits de douane supplémentaires à toutes les importations en provenance de Chine. Crédit: iStock.

La Bourse de Paris a ouvert en fort recul vendredi (-2,34%), assommée par la décision surprise de Donald Trump d’alourdir les sanctions commerciales contre la Chine.

A 09H00 (07H00 GMT), l’indice CAC 40 perdait 129,86 points à 5.427,55 points. La veille, il avait fini en hausse de 0,70%. Wall Street a pour sa part terminé en clair recul dans la foulée des décisions américaines.

Donald Trump a relancé jeudi la guerre commerciale contre Pékin, en annonçant son intention d’étendre des droits de douane supplémentaires à toutes les importations en provenance de Chine, provoquant la stupeur sur les marchés, inquiets de l’impact sur l’économie américaine.

A LIRE >>> Bourse : que faire pour que votre portefeuille conserve une dynamique positive une fois vos quartiers d’été pris?

« Celui qui voudrait qualifier les mouvements sur les marchés ces dernières 24 heures serait en droit d’affirmer qu’il vient juste d’expérimenter le +coup du lapin+ », a résumé Michael Hewson, un analyste de CMC Markets. 

« La baisse générée par un verdict moins accommodant qu’attendu par la Réserve fédérale américaine avait été rapidement effacée par des indicateurs fragiles » qui relançait les espoirs d’une politique monétaire plus souple », a-t-il poursuivi. Mais « ce rebond s’est vite effondré quand le président Trump a annoncé avoir décidé d’augmenter de 10% les tarifs douaniers » sur les produits chinois, a-t-ajouté.

Du côté des indicateurs, le rapport mensuel sur l’emploi américain est très attendu. Avant cette publication, les ventes de détail en zone euro pour juin sont à l’agenda, tout comme la balance commerciale pour juin aux États-Unis.

Les valeurs à suivre en ce vendredi

Crédit Agricole : l’entité cotée du groupe bancaire mutualiste a publié un bénéfice net pénalisé au deuxième trimestre par une hausse du coût du risque, pesant sur sa banque de financement et d’investissement. 

Natixis : le groupe bancaire BPCE a accusé une baisse marquée de ses bénéfices au deuxième trimestre, sous l’effet entre autres de turbulences dans la banque de financement et d’investissements. Le groupe a notamment été confronté à une baisse marquée des bénéfices dégagés par sa filiale Natixis dont le bénéfice net a chuté de 40%,faisant toutefois légèrement mieux que ne l’attendaient les analystes.

A LIRE >>> Le référendum pour la privatisation d’ADP a reçu 13% des soutiens exigés au 30 juillet

Alstom : le constructeur ferroviaire a annoncé avoir signé un contrat de 160 millions d’euros pour fournir les 13 trains qui circuleront sur la future ligne CDG Express entre Paris et l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle.

Vicat : le cimentier a vu son bénéfice net reculer fortement au premier semestre 2019 en raison d’une base de comparaison défavorable, et malgré un chiffre d’affaires en hausse.

Maurel & Prom : le groupe pétrolier a vu son bénéfice net poursuivre son envolée au premier semestre, en dépit d’un repli de son chiffre d’affaires, miné par un retard d’enlèvement d’une partie de sa production au Gabon.

Altarea Cogedim : la déprime du logement neuf épargne le groupe. Alors que le marché recule devant les difficultés des promoteurs immobiliers à lancer des projets, le numéro trois français y fait progresser ses ventes, même si ce dynamisme a un coût.

Sur le même thème

Actualités marchés financiers CAC 40

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique