La Bourse de Paris dans le vert… en dépit des risques

La Bourse de Paris poursuit son rebond ce jeudi en début de matinée. Selon un analyste, les investisseurs s’efforcent de se convaincre que la situation n’est pas si dégradée que cela. 

Paris poursuit son rebond entamé mercredi. Crédit Istock.

La Bourse de Paris poursuivait jeudi son rebond (+0,96%) entamé la veille, l’attention des investisseurs se portant sur la Chine et le niveau du yuan, en passe de devenir un baromètre pour les marchés actions.

« L’attention des marchés s’est portée sur la Chine ces derniers jours et notamment sur le yuan : ce sera très probablement un baromètre pour les marchés dans les jours qui viennent », indique Alexandre Baradez, responsable analyses marchés chez IG France.

« Le décrochage du yuan en août 2015 sur intervention des autorités chinoises avait déclenché un pic de volatilité sur les marchés mondiaux », rappelle-t-il.

Situation « pas si dégradée »

« Tout le monde est plus ou moins contraint de faire semblant de croire que la situation n’est pas si dégradée. Ce qui n’est pas complètement faux, car malgré l’escalade incontestable de la confrontation sino-américaine, les deux puissances retiennent encore leurs coups, de peur que les mesures prises des deux côtés affectent davantage celui qui les prend que celui à qui elles sont destinées », explique Tangi Le Liboux, analyste chez Aurel BGC. .

Les exportations totales de la Chine sont certes légèrement reparties à la hausse le mois dernier en dépit du conflit commercial avec les Etats-Unis, mais les prochaines sanctions annoncées pour septembre par Washington devraient finir par pénaliser Pékin.

« Le yuan plus faible aide les exportations (ndlr: chinoises), mais la chute des importations souligne le recul de la demande intérieure », avertit pour sa part David Madden, analyste chez CMC Markets.

Après la baisse de ses taux la semaine dernière par la Réserve fédérale américaine (Fed), trois banques centrales (Inde, Nouvelle-Zélande et Thaïlande), sensibles au marché asiatique, ont pris les investisseurs de court en baissant à leur tour leurs taux mercredi.

A la fois un signe que la situation économique se dégrade, mais aussi une occasion bénie pour le président américain, Donald Trump d’accentuer la pression sur la Fed pour qu’elle réduise encore ses taux afin de soutenir l’économie américaine.

En Europe, la croissance économique française devrait atteindre 0,3% au troisième trimestre, soit un niveau légèrement supérieur au 0,2% obtenu lors des trois mois précédents, selon une première estimation dévoilée jeudi par la Banque de France.

Sur le même thème

Conseils Bourse

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique