FDJ en Bourse : les futurs administrateurs du groupe désignés

A quelques jours de la privatisation de la Française de Jeux, ses actionnaires actuels ont désigné lundi les futurs administrateurs du groupe et pris plusieurs décisions techniques pour préparer l’introduction en Bourse, a appris l’AFP de sources proches du dossier.

A partir de jeudi, le grand public comme les investisseurs pourront souscrire des actions de l’opérateur de jeux, encore détenu à 72% par l’Etat qui compte abaisser sa participation à environ 20%.

Lundi, une assemblée générale a réuni les actionnaires de la FdJ, soit l’Etat et les détenteurs « historiques » de titres comme l’Union des Blessés de la Face et de la Tête (9,2% du capital), la Fédération Maginot des Anciens Combattants (4,2%), les buralistes (2%) ou encore les salariés (5%).

A LIRE >>> La Française des jeux bientôt en Bourse : vous avez tout intérêt à vous y intéresser

Plusieurs propositions étaient soumises à leur approbation, sur la base du « document d’enregistrement » que le groupe a déposé auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF), et qui constitue la première étape d’une introduction en Bourse.

Sous réserve de l’approbation par l’AMF de la suite du processus d’ouverture du capital, l’assemblée générale a désigné de nouveaux administrateurs qui composeront le futur conseil d’administration (CA) du groupe, aux côtés de la PDG Stéphane Pallez.

122 millions d’euros de dividendes versés pour 2018

Ont ainsi été nommés cinq administrateurs « indépendants »: Xavier Girre, directeur financier d’EDF, Marie-Ange Debon, directrice générale de Suez France, Fabienne Dulac, directrice générale adjointe d’Orange, Pierre Pringuet, ancien directeur général de Pernod Ricard, et Corinne Lejbowicz, ex-responsable de la plateforme de commerce en ligne Prestashop.

Siègeront également un représentant de l’Etat, deux administrateurs proposés par l’Etat ainsi que plusieurs représentants des salariés. Deux autres membres de ce CA représenteront l’Union des Blessés de la Face et de la Tête, et la Fédération Maginot.

A LIRE >>> Privatisation de la Française des jeux: vous pourrez acheter des actions à partir du 7 novembre

L’assemblée générale a également décidé « de conférer un droit de vote double » pour les actions détenues depuis plus de deux ans.

Elle a également approuvé une « division du nominal », une opération également appelée « split » qui consiste à multiplier le nombre de titres en divisant leur valeur unitaire, ce qui permet notamment de rendre l’action plus accessible en termes de prix.

Ainsi, la Française des Jeux ne comptant actuellement que 200.000 actions, l’assemblée générale a décidé de diviser leur valeur nominale « par 955 », pour ainsi faire grimper le nombre de titres à 191 millions.

A LIRE >>> Introduction en Bourse de la Française des jeux : une opportunité pour l’investisseur individuel ?

La FdJ, premier acteur du secteur des jeux d’argent et de hasard en France, a reversé 122 millions d’euros de dividendes au titre de l’exercice 2018. 

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Articles récents

Le défaut d’assurance habitation expose le locataire à la résiliation du bail

L'obligation de s'assurer doit être respectée à la lettre. Dans une affaire récente, des bailleurs ont demandé en justice qu'il…

19/09/2020 10:07

Le maintien du durcissement des conditions des prêts immobiliers fait débat

Le courtier en crédit Cafpi réagit au maintien, par le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF), de sa position stricte…

18/09/2020 18:33

« Le CAC 40 devrait sortir par le haut du tunnel dans lequel il évolue depuis plusieurs mois », selon Nuno Teixeira

Depuis le début du mois de juin, l’indice phare de la place parisienne évolue autour du seuil des 5.000 points.…

18/09/2020 17:40

Un mauvais calcul de taux de crédit ne justifie pas toujours une procédure judiciaire contre la banque

La Cour de cassation rappelle dans un arrêt que la clause d’un contrat de prêt qui annonce un taux d’intérêt…

18/09/2020 17:05

Immobilier : la crise économique n’enlève pas l’envie d’acheter

Six Français sur dix ont toujours la volonté d’acheter un bien immobilier, selon un sondage OpinionWay pour Capifrance.

18/09/2020 16:43

Selon l’Insee, les plus riches épargnent et les plus modestes dépensent de manière contrainte

Une étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), basée sur des données de 2017, montre…

18/09/2020 15:23