Se connecter S’abonner

OPA sur Altran: Capgemini demande de « laisser les marchés décider »

Le PDG de Capgemini demande au fonds spéculatif Elliott de "laisser les marchés décider" si le prix proposé par son groupe pour son OPA amicale sur Altran est suffisant ou non.

Le PDG de Capgemini Paul Hermelin a demandé mercredi au fonds spéculatif Elliott de « laisser les marchés décider » si le prix proposé par son groupe pour son OPA amicale sur Altran, fixé à 14 euros par titre, était suffisant ou non.

Elliott, qui avec ses alliés représente environ 10% du capital d’Altran, estime que le géant français de l’informatique propose un prix insuffisant pour son offre de reprise du géant français de l’ingénierie. Elliott et son allié l’Association de défense des actionnaires minoritaires (Adam) ont déposé un recours en justice qui pourrait retarder le dénouement de l’opération de cinq mois.

A LIRE >>> Bourse : que faire de vos actions Altran, suite à l’annonce de son rachat par Capgemini ?

« Elliott cherche à ralentir l’opération », a expliqué M. Hermelin. « C’est retarder le moment de vérité, c’est un chantage légal pour essayer de nous faire +canner+ » et remonter le prix de l’opération, a-t-il regretté. « Laissons le marché décider » en laissant l’offre publique d’achat aller à son terme, et « arrêtons ces atermoiements », a-t-il ajouté.

« Je pense que ça passera »

M. Hermelin a exclu tout renchérissement de la part de Capgemini, et expliqué que son groupe renoncerait à l’opération s’il ne parvenait pas à réunir 50,1% du capital. Mais « je pense que ca passera », a-t-il assuré. « Nos contacts avec les actionnaires » d’Altran « nous disent que nous allons l’emporter », a-t-il dit.

Elliott ne conteste pas sur le fond le rachat d’Altran par Capgemini, mais estime que le prix proposé de 14 euros par action « ne reflète ni la juste valeur intrinsèque d’Altran, ni une prime de contrôle appropriée ».

La cour d’appel de Paris doit dire dans quelques jours si le recours formé par l’Adam et Elliott est suspensif ou non. S’il est suspensif, Capgemini sera contraint d’attendre cinq mois pour dénouer l’opération et savoir si oui ou non son prix était suffisant pour atteindre 50,1%.