La Bourse de Paris regagne un peu du terrain perdu depuis lundi

Après les importantes pertes des derniers jours, l’indice parisien retrouve des couleurs. Elior s’envole après d’excellents résultats.

Interrogé sur les négociations au sujet d'un accord commercial avec la Chine, Donald Trump a affirmé mardi à Londres qu'il n'avait pas de date butoir. Crédit: iStock.

La Bourse de Paris reprenait quelques couleurs (+1,17%) mercredi matin, après avoir accusé d’importantes pertes ces derniers jours, le regain soudain des tensions commerciales ayant sapé la confiance des investisseurs. A 11h10, l’indice CAC 40 prenait 67,26 points à 5 794,47 points. La veille, il avait fini sur un net recul de 1,03%.

« S’il se confirme en effet que les négociations sont de nouveau à l’arrêt entre les Etats-Unis et la Chine, les marchés actions pourraient éprouver des difficultés à repartir de l’avant d’ici la fin de l’année », a estimé dans une note Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

Les marchés boursiers, qui avaient capitalisé ces dernières semaines sur la proximité d’un accord, au moins partiel, entre les Etats-Unis et la Chine sur le commerce, déchantent depuis lundi alors que Washington multiplie les offensives commerciales, et pas seulement à l’égard de Pékin.

A LIRE >>> Le spécialiste du travail temporaire Mare Nostrum réussit son entrée en Bourse

« Donald Trump a suggéré qu’il pourrait ne pas y avoir d’accord avant les prochaines élections afin de mettre la pression. Il menace également, par l’intermédiaire de son secrétaire d’Etat au Commerce, de mettre en place les nouveaux droits de douane programmés mi-décembre plutôt que de les reporter », a-t-il complété.

Pas de date butoir

Interrogé sur les négociations au sujet d’un accord commercial avec la Chine, Donald Trump a affirmé mardi à Londres qu’il n’avait pas de date butoir et pourrait repousser tout compromis après son éventuelle réélection.

« La loi sur Hong Kong avait déjà jeté un froid, mais celle sur les Ouïghours, en cas de confirmation probable au Sénat, ne devrait pas arranger les relations sino-américaines. La visibilité est de nouveau très faible », selon M. Le Liboux.

Par ailleurs, l’administration Trump a menacé d’imposer des tarifs douaniers additionnels pouvant aller jusqu’à 100% sur 2,4 milliards de produits français si Paris ne renonce pas à sa taxe sur les entreprises du numérique. Lundi, le président américain avait également annoncé des droits de douane américains sur les importations d’acier et d’aluminium en provenance du Brésil et de l’Argentine.

Côté indicateurs, la séance s’annonce dense avec les données d’activité dans les services pour novembre en France, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. En Chine, l’activité dans les services a bondi le mois dernier à son plus haut depuis sept mois grâce en partie à la croissance des nouvelles commandes à l’export, selon un indice indépendant publié mercredi. Outre-Atlantique sont également attendues les créations d’emplois dans le secteur privé (enquête ADP), avant le rapport mensuel sur l’emploi américain de vendredi.

Elior s’envole, Orange s’enfonce

Elior bondissait de 10,47% à 12,35 euros, porté par un bénéfice net multiplié par près de huit sur son exercice décalé 2018/2019, et l’atteinte de ses objectifs.

Orange perdait 4,45% à 13,73 euros. Le groupe va constituer des sociétés d’infrastructures qui détiendront les tours et antennes de ses réseaux mobiles et dont le capital pourra éventuellement être ouvert à des investisseurs, selon un nouveau plan stratégique.

Ubisoft profitait (+4,16% à 57,04 euros) d’un relèvement de sa recommandation à « surperformer » contre « neutre » auparavant par Morgan Stanley.

Soitec montait de 3,74% à 94,52 euros. Le directeur général du fabricant de matériaux pour semi-conducteurs, Paul Boudre, a indiqué dans une interview à Bloomberg qu’il prévoyait de tripler ses ventes en cinq ans.

Thales progressait de 1,02% à 86,94 euros après l’annonce d’un contrat d’environ 153 millions d’euros pour fournir différents équipements de supervision et de communication au nouveau tronçon sud-ouest du métro automatique de Sydney.

Airbus gagnait 1,16% à 125,50 euros, soutenu par l’annonce mardi d’une commande de 50 Airbus A321 XLR, un avion de capacité moyenne, afin de remplacer des Boeing vieillissants, par la compagnie aérienne United Airlines.

MetEx s’envolait de 30,27% à 1,47 euro. Le groupe a annoncé mardi avoir trouvé un distributeur, le géant néerlandais DSM, pour la production de l’usine qu’il est en train de construire sur la plate-forme de Carling (Moselle).

Sur le même thème

Actualités marchés financiers Bourse de Paris

Réactions et commentaires

Sur la même thématique