Pour la BCE, les taux ont probablement atteint leur point bas

Les taux d’intérêt négatifs ont probablement atteint leur point bas selon le gouverneur de l’institution qui appelle à investir dans l’avenir désormais.

Le gouverneur a saisi l'occasion pour rappeler que les taux négatifs constituent à la fois une "menace" et une "opportunité". Crédit: iStock.

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a estimé jeudi que les taux d’intérêt négatifs de la BCE ont probablement atteint leur point bas et appelé à saisir cette opportunité « pour investir dans l’avenir ».

« Nous avons noté dans notre réunion de décembre une amorce de stabilisation économique qui correspond à une réduction relative des incertitudes commerciales, » a affirmé le gouverneur, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), lors d’une intervention à l’université Paris Dauphine.

A LIRE >>>Pour la BCE, la stabilité financière est menacée par les taux bas

« Si cette stabilisation se confirme, il devrait s’ensuivre une stabilisation de la politique monétaire », a-t-il ajouté, après avoir rappelé que la BCE avait lancé un arsenal de mesures de soutien à l’économie, en relançant le programme de rachat de dettes.

« Pour le dire autrement, le point bas observé de la croissance justifie un +low for longer+ (ndlr: bas pour plus longtemps) des taux, mais pas aujourd’hui un +lower for longer+ » (plus bas pour plus longtemps), laissant ainsi entendre qu’ils ne baisseront pas plus. 

Les taux bas, une menace et une opportunité

Le gouverneur a saisi l’occasion pour rappeler que les taux négatifs constituent à la fois une « menace » et une « opportunité »: « une menace si nous cédons à court terme à la facilité des liquidités abondantes et laissons croître l’instabilité financière », a-t-il prévenu.

A LIRE >>>Immobilier: des taux de crédit très compétitifs malgré une légère hausse

« Une opportunité si nous utilisons collectivement les taux bas pour investir dans l’avenir, de la transition écologique à l’éducation », a souligné le gouverneur, qui a écarté une nouvelle fois que l’épargne soit taxée en France pour compenser les pertes pour les banques des intérêts négatifs.

« Clairement, je n’estime ni probable, ni souhaitable, l’application des taux négatifs aux particuliers -hors certains gros patrimoines- ou aux PME », a-t-il assuré.

Sur le même thème

Actualités marchés financiers taux

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique