La Bourse de Paris a tenté un léger rebond

La Bourse de Paris tentait un léger rebond mercredi matin à l’ouverture avant de se stabiliser, les investisseurs choisissant de se focaliser sur les résultats d’entreprises plutôt que sur la propagation du coronavirus en Chine, où les autorités ont pris des mesures pour contenir l’épidémie. A 10h36 l’indice CAC 40 (+0,02%) gagnait 4,80 points à 6 047.65 points. La veille, il avait fini en baisse de 0,54%.

A LIRE >>> Le changement climatique susceptible de déstabiliser le système financier

« Les investisseurs semblent se focaliser sur les résultats des entreprises qui, dans l’ensemble, sont meilleurs qu’attendu », écrivent les experts de Mirabaud Securities Genève dans une note. Ils espèrent que la saison des résultats trimestriels qui s’intensifie aux Etats-Unis et en Europe servira de moteur à la poursuite de la tendance haussière en place depuis le dernier trimestre 2019.

La Bourse de Paris exposée à la Chine

Néanmoins, « si la propagation (du coronavirus) s’intensifie dans les prochains jours, ce qui n’est pas exclu, il faut s’attendre à un retour vers les valeurs refuges et surtout à ce que les places asiatiques entraînent à la baisse les autres places financières », prévient Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

« La Bourse de Paris est particulièrement exposée à la Chine du fait de la forte domination dans la cotation des valeurs du luxe. Beaucoup d’investisseurs gardent en mémoire le lourd coût économique du Sras (syndrome respiratoire aigu sévère, NDLR) en 2003″, rappelle-t-il.

Le bilan du nouveau coronavirus s’est encore alourdi mercredi en Chine, où les autorités ont fait état de neuf morts et averti que le virus pourrait « muter » et se propager plus facilement. Elles ont également annoncé des mesures de prévention telles que la ventilation et désinfection dans les aéroports, les gares et les centres commerciaux. 

Sur la politique commerciale, Donald Trump a indiqué mardi que des discussions allaient être engagées en vue de signer un « accord commercial » avec l’Union européenne, en marge d’une rencontre bilatérale avec la cheffe de l’exécutif européen Ursula von der Leyen. Alors que les Etats-Unis viennent de conclure une trêve commerciale avec la Chine, M. Trump a toutefois averti qu’il « réfléchirait très sérieusement » à taxer les importations de voitures européennes si jamais les discussions n’aboutissaient pas.

Côté macroéconomique, la Corée du Sud a enregistré en 2019 une croissance de 2,0% de son PIB, soit le rythme le plus faible en 10 ans. Le climat des affaires en France a très légèrement baissé en janvier par rapport au mois précédent, mais il est en fort repli dans le commerce de détail dans le contexte des grèves. Des chiffres immobiliers aux Etats-Unis sont attendus dans l’après-midi.

Soitec déçoit, Amundi salué

Airbus montait de 1,36% à 138,42 euros, le Soudan ayant annoncé que l’avionneur européen était en discussion pour vendre huit nouveaux appareils à sa compagnie aérienne nationale.

Amundi grimpait de 2,94% à 73,60 euros, porté par l’annonce du rachat en vue de 100% du capital de la filiale de la banque Banco Sabadell spécialisée dans la gestion d’actifs en Espagne, pour un montant de 430 millions d’euros.

Alstom gagnait 1,99% à 46,10 euros. Selon l’agence Bloomberg, citant des personnes proches du dossier, le groupe a eu des discussions préliminaires avec le groupe canadien Bombardier ces derniers mois en vue d’un possible rapprochement de leurs activités ferroviaire. 

A LIRE >>> BCE: Lagarde attendue sur la stratégie, grand chantier de l’année

Soitec chutait de 10,46% à 86 euros. Le groupe confirme s’attendre à une croissance du chiffre d’affaires d’environ 30% sur l’ensemble de l’exercice, à périmètre et taux de change constants. Mais il déçoit sur l’objectif initial d’un taux de croissance organique de 10-15% pour 2021. 

Elior se repliait de 0,61% à 13,03 euros, pénalisé par le recul de son chiffre d’affaires de 0,7% au premier trimestre de son exercice décalé 2019/2020.

Vranken Pommery Monopole cédait 0,50% à 19,85 euros, le groupe prévoyant un recul de ses résultats annuels après la chute des ventes de champagne en France due à la régulation des promotions dans la grande distribution par la loi Alimentation (Egalim).

Sanofi pâtissait (-1,03% à 90,42 euros) d’une baisse de recommandation à « maintenir » contre « acheter » par Liberum.

ADP profitait en revanche (1,67% à 176,90 euros) d’un début de suivi sur le titre par Deutsche Bank sur une recommandation à « acheter ».

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Articles récents

Bourse : quelques conseils pour ne pas céder à la panique

Les tempêtes boursières font partie intégrante des aléas du placement en actions. Gardez votre sang-froid et votre cap : nos…

28/02/2020 17:45

Investissement locatif: les conditions d’emprunt se durcissent

Le resserrement des conditions de crédit ne se limiterait pas aux primo-accédants. Il concernerait aussi les candidats à l'investissement locatif,…

28/02/2020 16:03

Vers une baisse des tarifs des notaires

La loi Macron n’ayant pas eu tous les effets escomptés, une nouvelle méthode de calcul des prix des professions réglementées…

28/02/2020 15:45

Coronavirus: des recours limités en cas de retard dans une livraison?

L'épidémie de coronavirus impacte l'économie. Des usines sont à l'arrêt, l'unique train de fret Chine-France est à l'arrêt, des axes…

28/02/2020 15:11

La dynamique positive du crédit bientôt enrayée ?

Le robinet pourrait se fermer pour 10% des ménages avec les recommandations du HCSF.

28/02/2020 13:56

Placements: devenez copropriétaire d’un commerce de proximité

Le financement participatif permet aussi de placer son argent. Moyennant un ticket d'entrée de 50 euros, My Korner Shop propose…

28/02/2020 13:33