Mieux Vivre Votre Argent

Le prix du pétrole en baisse, craintes d’un surplus d’or noir

Crédit: iStock.

Les prix du pétrole baissaient mercredi en cours d’échanges européens alors que l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), par la voix de son directeur exécutif à Davos, prévoit un surplus d’or noir pour la première moitié de 2020. Vers 14h10, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 64,09 dollars à Londres, en baisse de 0,77% par rapport à la clôture de mardi.

A New York, le baril américain de WTI pour mars, dont c’est le premier jour de cotation comme contrat de référence, perdait 0,82% à 57,90 dollars. La veille, le WTI et le Brent ont respectivement perdu 0,3% et 0,9%. « Les prix du pétrole reculent mercredi après les prévisions de surplus de l’AIE pour le premier semestre 2020 », a commenté Al Stanton, analyste de RBC.

A LIRE >>> Comment l’agence de notation Standard & Poor’s entrevoit l’année 2020

Le directeur exécutif de l’AIE Fatih Birol s’est exprimé mardi à l’occasion du 50e Forum économique mondial (WEF) à Davos, en Suisse, et a fait état d’une « abondance de l’offre de pétrole » avec un surplus estimé à un million de barils par jour, ont noté plusieurs analystes.

Tout mouvement haussier est condamné

Pointant un niveau de la demande toujours faible, Naeem Aslam, analyste chez Avatrade, considère que cette analyse condamne tout mouvement haussier malgré les craintes qui pèsent sur les perturbations des exportations en Libye.

« Un ralentissement de la production de pétrole aux Etats-Unis d’ici février plus important que ce que prévoit l’AIE devient désormais le meilleur espoir » pour un soutien des cours de l’or noir, selon Jasper Lawler, de LCG.

A LIRE >>> BCE: Lagarde attendue sur la stratégie, grand chantier de l’année

Les acteurs du marché auront des éléments de réponse jeudi avec les chiffres des stocks de brut américains de l’Agence américaine d’information sur l’Energie (EIA), publiés chaque semaine.

Mais les derniers parus indiquaient une production de brut à un niveau record, les Etats-Unis ayant extrait en moyenne 13 millions de barils par jour (mbj) lors de la semaine achevée le 10 janvier, et renforcé à cette occasion leur statut de premier producteur de pétrole.