Capgemini a enfin pris le contrôle total d’Altran

Capgemini a réussi, certes en deux temps, à prendre le contrôle total d’Altran. Le financement de l’opération est bouclé.

Capgemini détient près de 98% du capital d'Altran. Il va pouvoir retirer le groupe d'ingénierie de la cote. Crédit: iStock.

Le géant français de l’informatique, Capgemini, a finalement pris le contrôle total du groupe de technologie Altran grâce à la débâcle boursière liée au coronavirus. Son offre qui était jusqu’alors boudée par des minoritaires est devenue soudainement attractive.

Capgemini détient désormais environ 98% d’Altran, à l’issue d’une longue bataille commencée en juin 2019, lors de l’annonce surprise de cette opération approuvée par le conseil d’administration d’Altran.

Lors d’une première phase de l’OPA à l’automne, Capgemini n’avait réussi à rassembler que 54,17% des actions du groupe français d’ingénierie, spécialiste de la sous-traitance de la recherche et développement pour de grands groupes industriels.

Le prix initial de 14 euros, remonté in extremis à 14,5 euros, était jugé insuffisant par des actionnaires minoritaires, dont le fonds spéculatif américain Elliott, qui était monté à plus de 14% dans le capital d’Altran.

Le dernier « coup » de Paul Hermelin

L’Adam, l’association des actionnaires minoritaires présidée par Colette Neuville, qui jugeait elle aussi le prix insuffisant, avait de son côté attaqué devant la justice le visa donné à l’opération par l’AMF.

Mais après avoir encaissé ces mauvaises nouvelles, Capgemini a finalement réussi son opération, grâce à la chute des marchés boursiers, qui ont rendu son prix très attractif, et au feu vert judiciaire qui a permis de relancer l’OPA, avec succès cette fois.

Capgemini se montre serein pour le financement de cette opération de 3,7 milliards d’euros, qui est aussi le dernier « coup » de son PDG sur le départ Paul Hermelin. Le groupe « dispose d’un financement relais de 4,4 milliards d’euros pour réaliser cette acquisition, avec une maturité pouvant être étendue jusqu’en juin 2021 », indique-t-il.

Il n’a d’ailleurs plus à verser que 3,3 milliards d’euros (retrait obligatoire compris), compte tenu de l’acquisition en 2019 de 11,43% du capital d’Altran pour 0,4 milliard d’euros, hors marché boursier, a-t-il rappelé.

A LIRE>>> OPA sur Altran : le fonds activiste Elliott abdique face à la baisse des marchés

Capgemini, mastodonte français des services informatiques, cherche dans Altran les compétences technologiques et industrielles qui lui manquent pour se positionner idéalement sur les futurs et énormes marchés de la numérisation de l’industrie.

Avec cette acquisition, il estime désormais faire partie des cinq plus gros groupes mondiaux du secteur.

Sur le même thème

Bourse de Paris

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique