Coronavirus : l’AMF lève l’interdiction des ventes à découvert

L’AMF, en raison d’une normalisation progressive des marchés financiers, a décidé de mettre fin à l’interdiction des ventes à découvert mise en place depuis la mi-mars.

Depuis la mise en place de l'interdiction des ventes à découvert, la volatilité sur les marchés est revenue à un niveau de 30 après avoir atteint un sommet à 84 le 16 mars. Crédit: iStock.

Avec le déconfinement, le retour à la « normale » se profile également sur les marchés. L’AMF a décidé de lever l’interdiction des ventes à découvert qu’elle avait mise en place à la mi-mars puis prolongée mi-avril au plus fort des turbulences boursières. La raison : « une normalisation progressive des indicateurs de risque du marché français » selon le gendarme des marchés.

Les ventes à découvert, qui consistent à tirer profit de la baisse anticipée d’un ou plusieurs titres, sont décriées car elles amplifient les mouvements baissiers.

C’est ainsi que l’AMF avait estimé que « l’épidémie de coronavirus et les incertitudes entourant ses conséquences sur l’économie représentaient une menace sérieuse pour la confiance des marchés ». Elle avait alors le 17 mars interdit la pratique des ventes à découvert pour 92 titres, avant d’étendre l’interdiction le lendemain à l’ensemble de la cote pour un mois, et de la prolonger ensuite jusqu’au 18 mai.

A LIRE>>> Bourse : comment agir sur les ETF après la baisse des marchés ?

« Depuis la mise en place de cette interdiction, le régulateur observe une normalisation progressive. Les marchés ont réduit une partie de leurs pertes et les volumes de transaction et la volatilité sont revenus à des niveaux certes élevés par rapport à mi-février, mais qui reflètent les incertitudes des intervenants dans le contexte actuel », indique le régulateur.

De fait, la volatilité est revenue à un niveau de 30 après avoir atteint un sommet à 84 le 16 mars, et le volume quotidien moyen observé sur Euronext pour le CAC 40 est passé de 12 à 4 milliards d’euros.

L’AMF, qui « continue à suivre attentivement l’évolution des marchés » déclare avoir pris cette décision « en concertation avec l’Esma (le régulateur européen) et les autorités nationales autrichienne, belge, espagnole, grecque et italienne ayant pris des mesures similaires ».

Sur le même thème

Bourse de Paris Coronavirus marchés financiers

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique