Le CAC 40 clôture dans le rouge une semaine euphorique

Le CAC 40 s’est adjugé près de 6% sur la semaine écoulée en dépit d’une baisse de 1,59% au cours de la dernière séance. Il a été porté par un ensemble de bonnes nouvelles sur le plan sanitaire comme économique. Mais de nombreuses incertitudes demeurent.

La crise sanitaire s'apaisant, les marchés vont prêter beaucoup plus d’attention aux chiffres macro-économiques. Crédit: iStock.

La Bourse a connu une belle semaine, portée par l’accélération des mesures de déconfinement en Europe et aux Etats-Unis, de bonnes nouvelles sur le plan sanitaire, le plan de relance de l’Union Européenne et l’espoir que la reprise va s’enclencher.

L’indice phare de la place parisienne s’est ainsi adjugé 5,77% sur la semaine, en dépit de la baisse de 1,59% au cours de la dernière séance, vendredi 29 mai, pour clôturer à 4.695,44 points, au-dessus de la borne supérieure des 4.600 points sur laquelle il butait depuis de longues semaines.

Cette dernière séance, au-delà des prises de bénéfices classiques après plusieurs séances de hausse, vient rappeler que de nombreuses incertitudes demeurent.

Le spectre d’une deuxième vague de contaminations semble s’éloigner, mais rien n’est encore définitivement gagné, et personne ne sait si le virus ne reviendra pas cet automne.

Place aux indicateurs macro-économiques

D’autre part, si les ménages retrouvent peu à peu une vie normale, il est encore trop tôt pour savoir s’ils vont reprendre le chemin des boutiques et des restaurants. Après s’être focalisés sur les questions sanitaires, à juste titre, les marchés vont aussi reprendre leurs « cours normaux » et prêter beaucoup plus d’attention aux chiffres macro-économiques. Et ils sont pour l’heure, bien évidemment, dégradés.

La consommation des ménages a ainsi diminué en France de plus de 20% au mois d’avril par rapport à celle du mois de mars, tandis que la baisse du PIB a été révisée à 5,3% au premier trimestre. Aux Etats-Unis, les dépenses des ménages se sont repliées de 13,6% pour le même mois.

Les publications des indicateurs avancés de l’activité et des indices de confiance des deux côtés de l’Atlantique vont redevenir les principaux catalyseurs des séances.

A LIRE>>> Pour Guillaume Puech « Les valeurs moyennes n’ont pas fait mieux que le CAC 40 dans la panique, mais ont davantage rebondi depuis six semaines »

La montée des tensions entre la Chine et les Etats-Unis, – alimentée coup sur coup par la gestion de la crise de Covid-19 par la Chine, le projet de loi de sécurité nationale à Hong Kong, et le traitement de la minorité musulmane ouïghour – constitue une autre menace. Le président américain, Donal Trump, doit d’ailleurs s’exprimer sur d’éventuelles sanctions contre la Chine. Les Etats-Unis pourraient abolir les privilèges commerciaux de l’ancienne colonie britannique.

Les investisseurs espèrent une reprise rapide, mais ils devront faire preuve de patience. Le retour à la « normale » prendra du temps. D’éventuelles déceptions pourraient entraîner le retour d’une forte volatilité.

Sur le même thème

bourse marchés financiers

Réactions et commentaires

Sur la même thématique