La Bourse de Paris, en route vers les 5.000 points

L’indice phare de la place parisienne a enchaîné une deuxième séance consécutive de hausse et se rapproche du seuil des 5.000 points. Les signes encourageants sur la reprise économique l’emportent sur les facteurs d’incertitude, comme les tensions entre la Chine et les Etats-Unis.

Le CAC 40 a atteint son niveau le plus haut depuis le 9 mars. Crédit: iStock.

Le CAC 40 a enchaîné une deuxième journée en forte hausse (+ 2,02%), pour clôturer à 4.858,97 points, toujours porté par les signaux encourageants sur la reprise économique.

La place parisienne a passé toute la journée dans le vert, oscillant autour des 2% après la mi-journée. Elle atteint son niveau le plus haut depuis le 9 mars.

« Les fondamentaux sont toujours les mêmes » souligne à l’AFP Guillaume Garabedian, responsable de la gestion conseillée chez Meeschaert.

Sur le plan sanitaire, « l’absence à ce jour de deuxième vague dans les pays développés, à commencer par ceux d’Asie ou d’Europe », rassure les marchés, selon lui, alors que les mesures de déconfinement, qui permettent la reprise progressive de la consommation, continuent de se mettre en place.

D’autre part, des « signaux encourageants » montrent un redémarrage de l’activité économique, notamment pour les multinationales. Ces nouvelles demandent toutefois à être « confirmées », indique l’expert.

Les tensions sino-américaines reléguées au second plan

Il y a une forte différence entre « le discours des grandes entreprises, qui pèsent lourd dans les indices et dont la solidité leur permet de passer la crise » avec celui « des entreprises du quotidien, comme les restaurateurs, qui perdent beaucoup », note M. Garabedian.

De plus, le CAC 40 a « rompu des barrières techniques la semaine dernière, qui avaient été cassées bien avant aux Etats-Unis et un peu avant en Allemagne. Logiquement, on a une poursuite de la hausse cette semaine », ajoute M. Garabedian.

Cet élan permet de dépasser les craintes suscitées par les tensions entre les Etats-Unis et la Chine.

Sur le terrain diplomatique, la Chine a agité lundi la menace d’une « contre-attaque » après l’annonce par le président américain d’une série de sanctions et restrictions visant les intérêts chinois.

Côté données macroéconomiques, le gouvernement français anticipe désormais une chute du produit intérieur brut de 11% cette année, contre 8% jusqu’ici, a déclaré mardi matin le ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

Les foncières à l’honneur

Les valeurs foncières ont capitalisé sur les signes de reprise de l’activité économique à commencer par Unibail-Rodamco-Westfield qui a bondi de 9,35%. Klépierre a pris de son côté 9,35%.

Dans le secteur aérien, Airbus et Safran se sont très bien tenus. L’avionneur européen progresse de 7,17% tandis que le motoriste et équipementier aéronautique a monté de 5,91%.

A LIRE>>> « Les foncières (centres commerciaux et bureaux) sont valorisées sur la base d’une chute de leurs revenus, ce qui nous paraît peu probable », selon Véronique Gomez

Renault a gagné 1,1%, le gouvernement ayant validé « la garantie du prêt » de 5 milliards d’euros destinée à permettre au constructeur automobile de surmonter les conséquences de la crise sanitaire. Peugeot est monté de 1,57%.

TF1 a profité largement (+ 6,71%) de l’annonce de son partenariat conclu avec le groupe sino-espagnol Mediapro, nouveau diffuseur de la Ligue 1 et de la Ligue 2 de football, pour créer sa chaîne en France qui s’appellera Téléfoot, comme la célèbre émission de TF1.

Sur le même thème

Bourse de Paris marchés financiers

Réactions et commentaires

Sur la même thématique