Se connecter S’abonner

ArcelorMittal plaide pour une baisse des quotas européens d’importation d’acier

Le président d’ArcelorMittal France, Philippe Darmayan, réclame une baisse des quotas d’importation d’acier vers l’Europe, afin que la reprise économique qui se dessine profite aux aciéristes européens et non aux concurrents venant de Russie ou de Turquie. Le titre retrouve des couleurs en Bourse.

Sur les marchés financiers, le premier trimestre 2018 et le printemps actuel sont riches de ces sautes d’humeur ponctuelles. Crédit photo : Istock

Le président d’ArcelorMittal France, Philippe Darmayan, a demandé sur BFM Business une baisse des quotas d’importation d’acier vers l’Europe, en affirmant qu’il y a « urgence » face à la forte hausse des importations venant notamment de Turquie et de Russie.

« Aujourd’hui, c’est plus qu’une inquiétude, c’est une urgence », a déclaré s M. Darmayan, également président de l’UIMM, la fédération des industries de la métallurgie.

« L’urgence et le risque que nous avons, c’est que finalement, la croissance que nous attendons, la relance que nous attendons, soit satisfaite par des volumes qui ne viennent pas d’Europe », a-t-il souligné.

Le président de l’UIMM a dit attendre de l’Europe « un bouclier », réclamant ainsi que le système européen de sauvegarde soit « plus strict, adapté à la situation actuelle et donc, puisque la demande a baissé, que l’ensemble des quotas que les étrangers peuvent amener sur le territoire français soit baissé ».

Une demande qui faiblit, des importations qui gonflent

« Nous avons 12 jours (…) pour arriver à une décision qui soit raisonnable et qui permette d’assurer une relance correcte des métiers de l’acier », a-t-il affirmé.

Les aciéristes européens ont dû réduire de 50% leur production dans le contexte de la crise du Covid-19, alors que des secteurs comme l’automobile et le bâtiment étaient presque à l’arrêt, a rappelé M. Darmayan.

A LIRE>>> Danone veut devenir la première « entreprise à mission » cotée en Bourse

Or, parallèlement, les exportations vers l’Europe d’acier de Russie, de Turquie, et dans une moindre mesure de Chine ont gonflé : les importations d’acier de Russie et de Turquie ont doublé en avril, a-t-il indiqué, parlant de « dumping » de la part de la Turquie.

Le titre bénéficie du regain de forme des marchés et des perspectives de reprise de l’activité : il a gagné plus de 11% sur la semaine écoulée, ce qui a ramené sa perte depuis le début de l’année à 37%.