Le titre Solocal toujours suspendu dans l’attente d’un accord avec les créanciers

L’éditeur des sites PagesJaunes et Mappy a demandé la suspension de la cotation de ses titres. Il négocie avec ses créanciers pour renforcer sa structure financière.

Solocal, ex-PagesJaunes, emploie 3.500 salariés. Crédit: iStock.

Le cours de l’action Solocal Group (ex-PagesJaunes) était toujours suspendu mardi 16 juin à la Bourse de Paris, dans l’attente d’un accord pour renforcer sa structure financière, le groupe, qui édite les sites PagesJaunes et Mappy, refusant de commenter « les rumeurs de marché » sur des tractations.

« Solocal ne fait aucun commentaire sur les rumeurs de marché », a indiqué par mail le service de communication du groupe à l’AFP, précisant simplement : « l’entreprise est engagée, comme annoncé, dans une phase de renforcement de la structure financière avec la priorité de consolider l’entreprise, ses emplois et la pérennité de son modèle à fort potentiel ».

Solocal avait annoncé lundi 15 juin avoir « demandé la suspension de la cotation de ses titres dans l’attente d’un accord sur le renforcement de sa structure financière ».

Négociations avec les créanciers

« Cette suspension est effective depuis l’ouverture des marchés ce jour, dans la perspective d’une prochaine communication », expliquait alors le groupe qui compte 3.500 salariés.

Plusieurs médias, dont Le Monde et Les Echos, font état de négociations pour apporter au groupe frappé par la crise du Covid-19 des capitaux frais. Le Monde évoque notamment une offre ferme du fonds d’investissement Montefiore Investment pour devenir actionnaire majoritaire, une autre option étant de se tourner vers les créanciers du groupe.

A LIRE>>> La France devrait connaître une vague de licenciements et de faillites sans précédent

Avant d’être frappé par la crise du coronavirus, Solocal avait renoué avec les bénéfices en 2019, à 38,6 millions d’euros, contre une perte nette de 81,3 millions d’euros sur l’exercice précédent. Son chiffre d’affaires était cependant en baisse, de 12,7% à 584,1 millions d’euros, principalement sous l’effet de la baisse de sa branche Imprimés, qui recouvre son activité historique dans les annuaires téléphoniques.

Sur le même thème

bourse marchés financiers

Réactions et commentaires

Sur la même thématique