Air France envisagerait de supprimer plus de 8.000 postes

Selon Bloomberg et Les Echos, la compagnie aérienne prévoit un plan de départs volontaires. Entre 8.000 et 10.000 suppressions de postes seraient envisagées. Le transport aérien connait une crise sans précédent. Air France n’y échappe pas.

La compagnie qui a enregistré une perte nette de 1,8 milliard d’euros au premier trimestre anticipe un deuxième trimestre encore plus catastrophique. Crédit: iStock.

Selon l’agence de presse Bloomberg, reprise par BFMTV, la compagnie aérienne française envisagerait de supprimer plus de 8.000 postes – Les Echos parlent de leur côté d’une fourchette comprise entre 8.000 et 10.000 départs -, répartis entre environ 300 pilotes, 2.000 personnels de cabine et 6.000 personnels au sol. Ce qui représenterait plus de 15% des effectifs du groupe.

Il s’agirait selon le quotidien économique d’un plan de départs volontaires, avec des incitations financières, sans licenciement sec. Le plan devrait être annoncé fin juin ou début juillet.

La compagnie qui a enregistré une perte nette de 1,8 milliard d’euros au premier trimestre a reçu une aide de 7 milliards d’euros sous forme de 4 milliards de prêts bancaires garantis à 90% par l’Etat et de 3 milliards de prêts directs de l’Etat. En contrepartie, elle s’est engagée à améliorer sa rentabilité et sa politique en matière environnemental.

Un secteur sinistré

A l’image des autres compagnies aériennes, Air France est fragilisée par la crise du coronavirus. Alors que la grande majorité de ses avions sont toujours cloués au sol, elle anticipe un deuxième trimestre encore plus catastrophique.

Selon l’Association internationale du transport aérien (Iata), les compagnies aériennes pourraient enregistrer plus de 84 milliards de dollars de pertes nettes lors de leur exercice 2020, et plus de 15 milliards encore en 2021.

D’ores et déjà, des compagnies se sont déclarées en faillite : LATAM, la principale compagnie d’Amérique latine, Avianca, la deuxième compagnie aérienne colombienne, les groupes sud-africains South African Airways (SAA) et Comair, le britannique Flybe, etc.

A LIRE>>> L’UFC Que Choisir assigne 20 compagnies aériennes devant le tribunal de Paris

Dans le même temps, les annonces de licenciements massifs se multiplient : Air Canada va réduire de plus de la moitié ses effectifs (soit 19.000 employés en moins), British Airways prévoit de licencier 12.000 employés (30% de ses effectifs), l’américain Delta Air Lines envisage 10.000 départs volontaires (11%), le scandinave SAS 5.000 suppressions de postes (40%), la britannique EasyJet 4.500 (30%),… Et la liste est loin d’être exhaustive.

Air France ne pouvait échapper à une réduction drastique de ses effectifs. Sachant qu’un retour « à la normale » pour le trafic aérien n’est pas prévu avant 2022.

Le titre a perdu plus de 52% depuis le début de l’année. Il est conseillé de rester à l’écart de l’action.

Sur le même thème

bourse marchés financiers

Réactions et commentaires

Sur la même thématique