Se connecter S’abonner

Casino veut être en phase avec les mutations de la distribution

La crise sanitaire a accéléré les mutations profondes du secteur de la distribution. A l’occasion de son assemblée générale, Casino a réaffirmé ses priorités stratégiques pour s’adapter à l’évolution des besoins.

Supermarché caisse casino cash-back
Crédit: iStock.

L’assemblée générale du groupe de distribution s’est tenue à huis clos le mercredi 17 juin. « Depuis mi-mars, nous faisons face à l’épidémie du Covid-19 impactant l’ensemble des activités. Nous avons mis en place des mesures spécifiques pour y répondre, – protections des salariés et des clients, sécurisation de l’organisation logistique -, et des initiatives solidaires pour les populations les plus fragiles et les plus exposées », a déclaré Jean-Charles Naouri, le Pdg du groupe, en ouverture de la séance.

La crise a joué son rôle d’accélérateur des mutations profondes du secteur. « La surperformance des magasins urbains, de proximité et du e-commerce, particulièrement sollicités pendant le confinement perdure. Le groupe va poursuivre ses priorités stratégiques tout en s’adaptant à l’évolution des besoins », a-t-il ajouté.

Ces priorités stratégiques s’articulent autour de plusieurs axes : repositionnement et relance de l’expansion sur les formats premium et de proximité (300 magasins de proximité seront ouverts d’ici à 2021), accélération de la croissance du bio (développement de Naturalia, …), modernisation du métier de distributeur avec le développement de magasins autonomes et l’introduction de solutions digitales, renforcement de la position de leader (et de la croissance rentable) de Cdiscount, croissance dans le e-commerce alimentaire.

La dernière grande priorité concerne le développement des activités nouvelles : GreenYellow (centrales photovoltaïques), la gestion de données (relevanC) et les centres de stockage de données (Data centers).

Poursuite du désendettement

Le groupe est revenu sur son plan de cession d’actifs non stratégiques, mis en œuvre afin de réduire sa dette, qui suscite de nombreuses inquiétudes. Avec la cession de Leader Price annoncée en début d’année, et la vente de 17 hypermarchés et de 18 supermarchés non rentables, 2,8 milliards d’euros de cessions ont déjà été réalisées, un montant supérieur à l’objectif initial de 2,5 milliards au premier trimestre 2020.

La poursuite du plan de cessions permettra de réduire davantage l’endettement net du groupe, qui s’élevait à fin décembre 2019 à 2,3 milliards d’euros.

Matthieu Riché, le Directeur de la RSE du groupe, est revenu sur le travail et les progrès accomplis en matière de développement durable : « face aux enjeux climatiques, le groupe Casino continue d’agir et ses résultats sont en ligne avec ses objectifs validés par Science Base Targets en 2019. Il a réduit de 19,6% ses émissions de gaz à effet de serre en France depuis 2018 ».

Pour agir en faveur d’un commerce responsable, Casino a pris des engagements forts pour promouvoir le bio, réduire l’usage du plastique, améliorer la qualité nutritionnelle des produits, favoriser le bien-être animal, et agir contre le gaspillage alimentaire.

A LIRE>>> La grande distribution et le commerce en ligne ne subissent pas la crise

Enfin, la nomination de deux nouveaux membres du conseil d’administration a été approuvée par l’assemblée générale, dont celle de Thomas Piquemal, représentant de Fimalac qui détient 2,6% du capital du groupe et qui a conclu au mois de mars un accord de refinancement avec Rallye, la maison mère de Casino.

Le titre a très peu réagi à l’assemblée générale, il s’inscrit en repli de près de 15% depuis le début de l’année. Aucun dividende ne sera distribué au titre de 2019.