Economie: un déficit commercial record pour la France en juin

Selon les statistiques publiées vendredi 7 août par les Douanes, le déficit commercial français s’est creusé à 7,96 milliards d’euros en juin.

Les importations de biens d'investissement augmentent, portées, notamment, la reprise des achats de produits de la construction automobile. Crédit: iStock.

En juin, la France a enregistré un nouveau record dont elle se serait bien passée. Son déficit commercial s’est envolé de 7,96 milliards d’euros, explique un rapport des services de la Douane, publié vendredi 7 août. En mai, il avait déjà progressé de 7,46 milliards d’euros. Plus globalement, la dégradation du déficit commercial s’est accentuée sur l’ensemble du deuxième trimestre. Le déficit s’est creusé pour atteindre 20,4 milliards d’euros, soit 6,9 milliards de plus qu’au cours du premier trimestre 2020.

Sur l’ensemble du premier semestre, le déficit commercial cumulé s’établit à 34 milliards d’euros. En 2019, sur la même période, il était de 29 milliards d’euros. Si les échanges progressent, les pertes enregistrées du fait de la crise sanitaire du coronavirus n’ont pas encore été rattrapées. Le document met en avant une remontée des importations à 85% de leur niveau moyen de 2019. Celle des exportations atteint 75%. Mais comme en mai, le rythme de reprise des importations est plus soutenu que celui des exportations. 

La construction automobile progresse

Les importations de biens d’investissement, par exemple, augmentent encore fortement. Elles sont notamment portées par la reprise des achats de produits de la construction automobile, qui progressent d’1,6 milliard d’euros. Parallèlement, les approvisionnements en téléphones et en équipements de communication retrouvent leur niveau d’avant la crise. Les échanges de matériel aéronautique sont à quant à eux à un niveau exceptionnellement bas.

A LIRE >> Economie: fin juin, le déficit atteignait près de 124,9 milliards d’euros

Du côté des biens de consommation, des progrès sont également mis en avant. Les exportations comme les importations vont croissant. Les secondes retrouvent même leur niveau d’avant la crise. 

Baisse généralisée

Pour ce qui est des biens d’équipements, le redressement de la situation est plus lent. Le solde des échanges se détériore légèrement, à cause d’une reprise plus forte des importations que des exportations. Pourtant en avril comme en mai la situation de ce secteur était plutôt stable. 

Selon les Douanes, le deuxième trimestre a été marqué par une baisse généralisée des exportations françaises. « Mais l’effondrement des livraisons aéronautiques pèse particulièrement sur le solde français. Dans le même temps, les importations massives de masques de protection contribuent à creuser le déficit de 3,7 milliards. »

Sur le même thème

Coronavirus Dynamisme économique Economie redressement économique

Réactions et commentaires

Sur la même thématique