Se connecter S’abonner

Bourse : EDF va émettre des obligations vertes convertibles pour un montant de 2,4 milliards d’euros

Le producteur d’électricité français va lancer une émission d’obligations vertes convertibles en actions pour un montant maximal de 2,4 milliards d’euros. Les marchés qui redoutent les effets dilutifs potentiels n’ont pas apprécié : le titre chutait de 8% à mi-séance.

EDF
Crédit : iStock.

Le géant de l’électricité français EDF a annoncé le lancement d’une émission d’obligations vertes convertibles en actions pour un montant maximal de 2,4 milliards d’euros.

« Il s’agit de la plus large émission convertible verte jamais réalisée », selon la banque BNP Paribas qui a conseillé EDF dans cette opération.

A mi-séance, le cours de l’action EDF dévissait de 8% à 8,12 euros dans un marché parisien en repli de 1,25%, les obligations convertibles présentant potentiellement des effets dilutifs.

Via cet emprunt sur quatre ans, EDF « réaffirme ses ambitions dans le secteur des énergies renouvelables ».

Ces obligations sont à option de conversion et/ou d’échange en actions nouvelles et/ou existantes. La valeur nominale des obligations fera ressortir une prime de conversion comprise entre 30% et 35% par rapport au cours de référence de l’action EDF cotée sur Euronext à Paris.

Engouement pour les émissions d’obligations vertes

Le marché des obligations vertes, en plein essor, a connu une augmentation significative des émissions d’entreprises et souveraines ces deux dernières années. 

Servant à financer des projets environnementaux, il s’inscrit dans une stratégie durable face au changement climatique.

A LIRE>>> Bourse : le thème des infrastructures au coeur des plans de relance « verts »

Début septembre, l’Allemagne a réalisé une émission de dette verte pour 6,5 milliards d’euros, rejoignant le club des émetteurs souverains d’obligations vertes dont font partie la France, la Belgique, l’Irlande, la Lituanie, les Pays-Bas et la Pologne.

En outre, EDF a annoncé son intention d’émettre deux nouvelles tranches d’obligations hybrides libellées en euro, l’une à 6,5 ans et l’autre à 10 ans.