La Bourse de Paris reste bien orientée, soutenue par de bons chiffres économiques

L’indice phare de la place parisienne a gagné 0,32% aujourd’hui, à 5.067,93 points. Il a été porté par la publication d’un bon indicateur d’activité en Allemagne et le léger repli de l’euro par rapport au dollar. Les marchés attendent les conclusions de la dernière réunion de la Fed avant les élections américaines.

L'activité repart en Chine: les ventes de détail ont progressé sur un an en août pour la première fois depuis le début de l’épidémie. Crédit: iStock.

La Bourse de Paris a clôturé sur un vent d’optimisme, le CAC 40 s’adjugeant 0,32% (à 5.067,93 points), insufflé par un indicateur allemand favorable et le recul de l’euro, en attendant les conclusions demain de la réunion de la banque centrale américaine.

L’orientation à la hausse des marchés européens a été alimentée par la publication de l’indicateur allemand d’activité (ZEW), meilleur que prévu, mais « l’élément déterminant a été le léger repli de l’euro par rapport au dollar », récapitule Daniel Larrouturou, gérant à Dôm Finance.

« Cette baisse de l’euro a libéré le potentiel de hausse des indices européens et français notamment », ajoute-t-il.

Depuis quelques semaines, la hausse de l’euro face au dollar inquiétait les courtiers. Celle-ci constitue un frein à la remontée des marchés actions en Europe car elle pénalise les valeurs exportatrices.

« Le principal risque pour les valeurs européennes serait que le dollar faiblisse à la suite des annonces de la Réserve fédérale américaine demain soir », estime le spécialiste.

Alors que le comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) vient d’entamer sa dernière réunion avant l’élection présidentielle du 3 novembre, les données du jour venues des Etats-Unis étaient en demi-teinte.

Ainsi, la hausse de la production industrielle en août a été inférieure aux attentes, mais l’activité manufacturière dans la région de New York a montré une nette amélioration de la conjoncture dans la capitale économique du pays.

Plus tôt, les investisseurs ont accueilli des bonnes nouvelles de Chine où les ventes de détail ont progressé sur un an en août pour la première fois depuis le début de l’épidémie de Covid-19. 

Dernière réunion de la Fed avant les élections

Le manque de visibilité sur les perspectives de reprise inquiète, d’autant que le contexte sanitaire reste compliqué et nécessite de nouvelles restrictions dans diverses régions d’Europe pour faire face au regain du Covid-19.

Aussi, « les investisseurs européens espèrent que la Réserve fédérale américaine va dynamiser les marchés lors de sa réunion après que la Banque centrale européenne a déçu à travers son ton moins accommodant qu’escompté », indique Milan Cutkovic, analyste AxiCorp.

Les investisseurs ont accueilli favorablement la révision à la hausse des synergies rendues possibles par les changements apportés à son contrat de mariage avec Fiat Chrysler (FCA) : le titre PSA a fini au sommet du CAC 40 (+ 2,16%).

A LIRE>>> Christine Lebreton : « Le secteur de la santé est immunisé contre la crise à venir quelle que soit sa vigueur »

La reprise de la consommation en Chine a profité aux valeurs du luxe : Hermès s’est adjugé 1,46%, LVMH 0,89% et Kering 2,11%. 

Fnac Darty, dont le PDG a estimé sur BFM Business qu’il « espérait » cette année un chiffre d’affaires proche de celui de 2019, a progressé de 3,94%.

Les rendements obligataires étaient orientés à la baisse, pesant mécaniquement sur le secteur bancaire : Société Générale s’est effritée de 1,56%, BNP Paribas de 2,01% et Crédit Agricole de 1,20%.

Sur le même thème

bourse marchés financiers

Réactions et commentaires

Sur la même thématique