Se connecter S’abonner

Bourse : pourquoi la direction de Suez doit capituler

Comme convenu, Veolia a remis à Engie ce matin une offre de rachat de sa participation à 18 euros valable jusqu'à ce soir assortie de toutes les conditions de protection de l'emploi pour les salariés de Suez et de représentativité de l'équipe de direction au sein des instances du nouvel ensemble. La direction de Suez n'a plus de raisons valables de s'opposer à l'opération qui n'interviendra au pire que dans six mois si elle est amicale.

Veolia tient ses engagements. Comme annoncé, Engie, l’actionnaire à 32% de Suez, dispose depuis ce matin sur la table d’une offre améliorée de la part de Veolia pour lui racheter sa participation. Le conseil d’administration du groupe gazier a jusqu’à minuit ce jour pour donner sa réponse.

La nouvelle offre répond à toutes les exigences ou demandes formulées à la fois par Engie et par l’Etat. La première concerne l’amélioration du prix relevé de 15,50 euros à 18 euros (dividende inclus), ce qui correspond à un prix hors coupon de 17,40 euros, soit une augmentation de 12,2%. Deuxièmement, Veolia s’engage par écrit à préserver les droits et les emplois des salariés de Suez, y compris ceux de la branche « eaux » de France appelée à être cédée au fonds d’investissement Meridiam pour obtenir l’aval des autorités de la concurrence au projet. Troisièmement, malgré sa véhémence à l’égard des équipes de Veolia, le management de Suez aura sa place au sein du conseil d’administration du nouvel ensemble.

Enfin, et conformément au souhait exprimé par le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, de donner du temps pour réaliser ce rapprochement dans un climat apaisé, Veolia donne jusqu’à six mois, soit le 31 mars 2021, pour lancer une OPA à 18 euros sur le reste du capital non encore contrôlé et à la condition que l’opération soit jugée amicale par la direction de Suez. Celle-ci devra donc commencer par retirer la pilule empoisonnée consistant à loger la filiale « eaux » de France dans une fondation néerlandaise incessible pendant quatre ans.

Le management de Suez a une responsabilité vis à vis de ses actionnaires

Mais attention, si Engie a la possibilité de céder sa participation dès maintenant au prix de 18 euros, les autres actionnaires n’ont aucune garantie en la matière de disposer du même traitement. Tout dépend donc du management de Suez. La balle est dans son camp avec une lourde responsabilité à assumer devant ses actionnaires en cas de refus. Depuis le début de l’été et l’annonce par Engie de sa volonté de sortir du groupe, la direction de Suez est à la recherche de solutions pour préserver son indépendance sans qu’aucune n’émerge. Il ne lui reste plus qu’à capituler et à se rendre à l’évidence d’agir dans l’intérêt des actionnaires en acceptant l’OPA de Veolia à 18 euros.

Notre conseil : conservez Suez (code : FR0010613471).