Se connecter S’abonner

Les marchés euphoriques !

La victoire serrée de Joe Biden à l’élection présidentielle américaine et la découverte prometteuse d’un vaccin contre la Covid-19 provoquent une flambée des indices et une énorme rotation sectorielle.

inflation
iStock

Deux bonnes nouvelles en moins d’une semaine ! Les marchés ont d’abord salué la victoire serrée de Joe Biden à l’élection présidentielle américaine avant de s’enflammer à l’annonce de la découverte par Pfizer et son partenaire BioNTech, d’un vaccin fiable à 90% contre la Covid-19. Ces deux événements pourraient changer radicalement la donne des marchés pour les prochaines semaines et les prochains mois. Dans le premier cas, le fait que Joe Biden soit élu, mais sans majorité au Congrès, constitue un scénario finalement idéal dans la mesure où le nouveau gouvernement disposera de peu de marges de manœuvre pour revenir sur les baisses d’impôt accordées par son prédécesseur, Donald Trump. Et quand bien même son programme de relance devra être revu à la baisse par rapport aux ambitions initiales, il devrait malgré tout soutenir l’économie américaine. Si l’on ajoute à cela la perspective d’une normalisation des relations commerciales entre les États-Unis, la Chine et l’Europe, l’horizon politique se dégage d’un coup.

Énorme soulagement également sur le front sanitaire. Les laboratoires Pfizer et BioNTech auraient enfin trouvé le vaccin miracle contre la Covid-19. Non seulement le taux de fiabilité atteint 90%, mais le vaccin pourrait être commercialisé dès la fin de cette année ! Des informations qu’il faudra bien évidemment confirmer, mais l’espoir est là. D’autant que d’autres laboratoires s’apprêteraient à s’engouffrer dans la brèche en dévoilant d’autres vaccins.

Compter sur les valeurs plus cycliques

Tout cela entraîne des conséquences majeures sur les stratégies d’investissement. Jusqu’à maintenant, les valeurs de croissance, de la technologie et de la santé avaient clairement la faveur des opérateurs. Désormais, il va falloir compter avec les valeurs plus cycliques et les secteurs les plus fragilisés par la crise sanitaire comme le tourisme, le transport, l’hôtellerie, l’automobile ou les centres commerciaux. En l’espace de deux séances, certaines actions ont bondi de plus de 40% à l’image de Elior, Klépierre ou JC Decaux…et beaucoup d’autres affichent des gains d’au moins 20%.

Jusqu’où cette rotation sectorielle ira-t-elle ? Cela dépendra des effets d’annonce sur le vaccin de Pfizer et de ceux développés par les autres laboratoires, ainsi que du temps que prendra la vaccination à grande échelle. Un retour au calme sur le front sanitaire peut néanmoins raisonnablement être envisagé pour la fin du premier semestre 2021. Dès lors, de nombreuses sociétés peuvent espérer renouer rapidement avec leur niveau d’activité d’avant la crise. Certaines, trop fragilisées, devront malgré tout passer par la case recapitalisation. Que penser par exemple d’Air-France-KLM, dont la dette devrait dépasser 10 milliards d’euros à la fin de cette année alors que les fonds propres sont déjà largement négatifs ? Dans ces cas, le risque de dilution ne sera pas négligeable !

Gare aux excès !

Attention aux excès toutefois. A très court terme, la crise sanitaire continue de laminer l’économie mondiale et les performances des entreprises au dernier trimestre en pâtiront. Il faut s’attendre également à une remontée des taux d’intérêt avec la réduction du risque. Les banques centrales seront en effet plus regardantes à réinjecter de nouvelles liquidités si l’horizon économique à moyen terme se dégage, ce qui pourrait pénaliser certaines actions, notamment celles présentant un profil de croissance soutenu mais peu de rendement.