Se connecter S’abonner

Des progrès à faire pour les AG digitales

L’AMF a dressé un bilan contrasté de la saison des assemblées générales dans son rapport annuel sur le gouvernement d’entreprise.

Pandémie oblige, les assemblées générales des actionnaires se sont tenues à huis clos en 2020, et il pourrait en être de même en 2021. Tout dépendra
de la distribution des vaccins. Cette situation se révèle dommageable pour les actionnaires particuliers pour lesquels ces rendez-vous constituent la seule occasion d’avoir des échanges avec les dirigeants. L’Autorité
des marchés financiers (AMF) a d’ailleurs dressé un bilan contrasté de la saison des AG dans son rapport annuel sur le gouvernement d’entreprise.

Si la plupart des sociétés ont joué le jeu, près de 20 % d’entre elles n’ont pas proposé à leurs actionnaires une retransmission de leur assemblée générale en direct ou en différé. Un chiffre élevé alors que les technologies le permettant sont aisément disponibles et loin d’être prohibitives. Aucune n’a, par ailleurs, permis à ses actionnaires de voter en direct par voie électronique via une tablette, un mobile ou un ordinateur.

Si ces derniers n’ont pas pu poser de questions orales durant les séances ni déposer de nouvelles résolutions, la démocratie actionnariale a pu néanmoins s’exprimer, note l’AMF. En attestent le niveau de la participation aux assemblées, stable d’une année sur l’autre, et la hausse notable du taux de contestation des résolutions. Pour 2021, le régulateur appelle à la mobilisation des parties prenantes pour que les actionnaires puissent avoir recours au vote digital, et poser des questions en direct et à distance
si le huis clos s’impose encore.