Se connecter S’abonner

Vers une année riche en offres publiques d’achat

Dans un contexte où l’argent restera abondant et bon marché, les OPA devraient se multiplier cette année.

CAC 40

L’année 2020 restera celle de tous les contrastes. Alors que le monde a enregistré une récession sans précédent et que nombre d’entreprises ont lutté pour leur survie, d’autres n’ont pas hésité à prendre des risques avec des acquisitions d’envergure. Selon le spécialiste des données de marché Refinitiv, les transactions annoncées dans le monde ont atteint plus de 3 600 milliards de dollars l’année dernière, soit un repli de seulement 5,3 % par rapport à 2019. En France, l’opération la plus emblématique est l’offensive de Veolia sur Suez. Au regard des antagonismes entre les deux rivaux, la bataille s’annonce longue.

D’autres opérations ont marqué les esprits : LVMH a acquis le bijoutier américain Tiffany, Worldline s’est emparé du spécialiste des terminaux de paiement Ingenico, Alstom, de la division ferroviaire de Bombardier, etc. Sans parler de la création de Stellantis, constructeur né de la fusion entre Peugeot-Citroën et Fiat-Chrysler…

Dans un contexte où l’argent restera abondant et bon marché, les OPA devraient se multiplier cette année. Les groupes qui sortent de la crise avec un bilan solide, voire renforcé, tenteront de mettre la main sur des concurrents fragilisés afin de gagner des parts de marché et de dégager des synergies. Les cibles sont nombreuses et les secteurs, divers : les jeux vidéo avec l’arrivée des plates-formes, les banques en mal de rentabilité, les services numériques dont les fondateurs pourraient passer la main, les énergies renouvelables, etc. Dans la distribution, Carrefour vient d’être courtisé en vain par le groupe alimentaire canadien Couche-Tard.