Se connecter S’abonner

La Bourse de Paris dans les starting blocks

La Bourse de Paris devrait poursuivre sur sa lancée haussière mercredi matin, faisant fi des dernières déconvenues sur le front de la vaccination pour se focaliser sur les perspectives de reprise et les premiers résultats d’entreprises, avec LVMH en vedette.

Bourse

Le numéro un mondial du luxe, premier du CAC 40 à avoir annoncé ses ventes du premier trimestre mardi soir, a passé lors de la séance de mardi le cap symbolique des 300 milliards d’euros de capitalisation boursière, confortant sa place de première capitalisation européenne. Le contrat à terme sur l’indice CAC 40 gagnait 0,48% une quarantaine de minutes avant l’ouverture. La veille, la cote parisienne avait terminé sur une progression de 0,36%, signant un nouveau plus haut en clôture depuis novembre 2000. »Rien ne semble vraiment perturber les investisseurs en ce début de deuxième trimestre », selon Christopher Dembik, directeur associé chez Berenberg.

Nouveau record du S&P 500

« Si le début de semaine a été poussif pour les actions européennes avec peu de volume ou de direction », « on ne peut pas vraiment en dire autant des actions américaines », avec le S&P 500 qui a signé de peu un nouveau record mardi, ajoute-t-il, tandis que le Nasdaq a fortement progressé (+1,05%), relève de son côté Michael Hewson, analyste en chef pour CMC Markets UK.

La veille, la publication très attendue des chiffres d’inflation pour le mois de mars aux États-Unis, ressortie légèrement au-dessus des attentes, n’a pas eu d’effet notable, si ce n’est sur le marché obligataire où le taux américain à dix ans a légèrement reflué.

« Une hausse sur le très court terme de l’inflation ne permet pas d’appréhender l’évolution à long terme. Surtout, les investisseurs ont déjà parfaitement intégré dans leurs scénarios macroéconomiques le fait que l’inflation a de fortes chances d’augmenter sur le court terme, avant de rechuter à moyen terme, sans que cela n’ait de conséquence sur la politique monétaire des deux côtés de l’Atlantique », poursuit M. Dembik.

Vers une chute de la production industrielle en zone euro

Côté indicateurs, « après les mauvais résultats de la production industrielle dans plusieurs pays européens (notamment en France et en Allemagne) à cause des difficultés d’approvisionnement du secteur automobile, il faut s’attendre ce matin à une chute importante de la production industrielle en zone euro », note-t-il.

Le FMI publiera ses prévisions pour l’Europe dans l’après-midi, avant que les investisseurs ne prennent connaissance, dans la soirée, du livre Beige de la Fed. Plusieurs membres de la Banque centrale américaine, à commencer par son président Jerome Powell, doivent également s’exprimer après la clôture des Bourses européennes. La Chine devrait annoncer de son côté vendredi un fort rebond de sa croissance au premier trimestre, largement du fait d’une faible base de comparaison avec début 2020, quand l’économie chinoise était paralysée par l’épidémie.

Côté résultats, LVMH a ouvert le bal en France mardi soir tandis que ceux des banques JPMorgan Chase, Goldman Sachs et Wells Fargo animeront la séance outre-Atlantique. Le groupe de luxe a annoncé mardi avoir commencé l’année avec une croissance de ses ventes qui ont atteint 14 milliards d’euros au premier trimestre, dépassant largement celles de la même période en 2019, avant la pandémie.