Se connecter S’abonner

ETF : misez sur l’automobile en Europe avec un tracker Lyxor

La crainte d’un prolongement de la pénurie de composants électroniques pèse sur le secteur automobile en Europe, en retrait en Bourse d’un peu moins de 5% sur un mois. Au-delà du retard de court terme dans le redressement de la filière, son basculement sur l’électrification des véhicules devrait lui permettre de surperformer les indices.

ETF
Crédit: iStock.

Tous les professionnels du secteur automobile avaient pointé le problème en début d’année mais la pénurie de composants électroniques accentuée avec l’incendie en mars d’une usine du fournisseur japonais Renesas s’avère plus inquiétante que prévu. Et ce, au moment où la croissance mondiale redémarre très fortement entraînant des goulets d’étranglement dans les chaînes de production d’industriels d’autres secteurs. Initialement partie pour durer au premier semestre, la pénurie pourrait finalement paralyser une bonne partie de la production automobile mondiale pendant l’essentiel de l’année. Renault par exemple réfléchit à laisser fermer ses usines espagnoles jusqu’en septembre. Pour l’instant, aucun des groupes français n’a réactualisé l’impact du manque à gagner. Renault l’avait évalué en début d’année à 100.000 véhicules en moins. Dernièrement, l’américain Ford a mis les deux pieds dans le plat : la pénurie de composants électroniques lui a fait perdre 17% de sa production au premier trimestre et les trois prochains mois s’annoncent encore plus difficile avec la moitié de sa production paralysée. Sur l’année, le manque à gagner serait de 1,1 million de véhicules, soit une perte de 2,5 milliards de dollars.

Le basculement de l’industrie automobile sur le tout électrique sera créateur de valeur

Pour autant, il convient à notre sens de voir au-delà de ce décalage dans la reprise du secteur automobile. La crise sanitaire va accélérer le basculement de la filière sur la voiture électrique à travers les incitations des plans de relance gouvernementaux et dans l’esprit des consommateurs. Les constructeurs l’ont bien compris et Renault et Stellantis ont communiqué des objectifs ambitieux d’électrification de leur gamme. Les équipementiers s’y sont préparés de longue date en investissant massivement dans la filière hydrogène par exemple. Nous pensons que cette révolution technologique se traduira en Bourse par une performance du secteur automobile dans un environnement économique de forte reprise. La thématique pourra être joué au moyen de l’ETF Lyxor Stoxx Europe 600 Automobiles (code : LU1834983394). Adossé au compartiment Stoxx 600 Automobiles, il est chargé de répliquer son évolution. Il comprend les valeurs vedette du secteur : les allemands Daimler, Volkswagen, Porsche et Continental, les français, Stellantis, Michelin, Renault, Valeo et l’italien Ferrari. Son prix est de 79,38 euros et ce tracker est éligible au PEA. Les dividendes sont réinvestis.

Notre conseil : achetez le tracker Lyxor Stoxx Europe 600 Automobiles (code : LU1834983394) à 79,38 euros.