Se connecter S’abonner

Solutions 30 : la cotation bloquée en raison de ventes massives

A l’ouverture de la Bourse lundi et au lendemain de la publication de comptes non certifiés, la cotation de l’action Solutions 30 n’a pas pu reprendre comme prévu en raison de ventes massives. La société spécialiste de la pose de compteurs électriques s’enfonce dans un maelstrom qui ne plaît guère à ses actionnaires.

Ukraine

Sommée mardi dernier par l’Autorité des marchés financiers (AMF) de rendre publics ses comptes annuels 2020, qu’elle n’avait pas publiés dans les temps, l’entreprise s’est finalement exécutée dimanche, malgré l’absence de certification de son commissaire aux comptes, le cabinet EY se disant dans « l’impossibilité d’exprimer une opinion d’audit ».

Solutions 30 « ne nous a pas communiqué certaines informations nécessaires à la réalisation de notre audit », a ainsi expliqué EY dans le rapport annuel 2020 mis en ligne dimanche. Solutions 30 disant son « profond désaccord ». Le cabinet EY indique n’avoir pas pu vérifier la « conformité avec les lois et règlements de certaines transactions réalisées par le groupe », ni n’avoir pu « déterminer si ces transactions ont été conclues avec des parties liées, y compris les membres de la direction ».

« En raison de ces circonstances, nous avons conclu que les incidences éventuelles sur les états financiers consolidés d’anomalies non détectées pourraient être à la fois significatives et avoir un caractère diffus », ajoute EY.

Demande de suspension

Solutions 30 avait demandé la suspension de son titre le 10 mai à l’opérateur boursier Euronext. L’action s’affichait alors à 10,38 euros. Lundi matin, à l’ouverture de la Bourse de Paris, le titre de la société – qui avait intégré le SBF 120 en septembre l’an dernier – n’a pas pu reprendre sa cotation, sous l’effet de ventes massives selon Dow Jones, laissant présager un plongeon du cours.

Un revers pour la société, basée au Luxembourg et spécialisée en assistance, maintenance et installation de matériel technologique, comme par exemple les compteurs intelligents Linky ou des lignes de fibre. Présent en France, Italie, Allemagne, et d’autres pays européens, la société a réalisé 815 millions d’euros de chiffre d’affaires l’an dernier.

Car depuis plusieurs mois, Solutions 30 est en bisbille avec le fonds activiste américain Muddy Waters, dirigé par Carson Block, un vendeur à découvert qui a parié sur la baisse de Solutions 30.

Tout a démarré avec la diffusion, en décembre 2020, d’un rapport anonyme de 114 pages accusant l’entreprise de « blanchiment d’argent » et de « fraude ». Des accusations ensuite relayées par Muddy Waters. En réaction, Solutions 30 a porté plainte auprès du Parquet national financier et saisi l’AMF à la mi-décembre. Fin janvier, il avait en outre annoncé qu’il allait porter plainte pour diffamation contre Muddy Waters, pour deux lettres publiées par ce fonds.

Audit dédouanant Solutions 30

Solutions 30 avait ensuite publié, début avril, un audit du cabinet Deloitte la dédouanant de ces accusations. « Nous n’avons pas identifié d’élément permettant de corroborer les allégations de blanchiment d’argent, en lien avec le crime organisé », avait ainsi conclu Deloitte, mandaté par Solutions 30.

« Leurs investigations étaient circonscrites à un périmètre défini par l’entreprise. Ils n’ont pas regardé partout », a de son côté dit Carson Block au quotidien Le Figaro.

L’entreprise n’a pas exclu une sortie définitive de la cotation, indiquant avoir « engagé un processus de sélection de banquiers conseils afin d’activer la recherche d’actionnaire(s) de référence », un projet qui « pourrait aller jusqu’à un retrait de cote ».

Sa direction a en tout cas fixé son assemblée générale annuelle des actionnaires au 30 juin 2021. Solutions 30 dit enfin examiner « la possibilité de nommer un nouveau réviseur d’entreprise ». Et elle dit avoir demandé au tribunal de commerce de Bobigny « la désignation d’un conciliateur pour l’assister » et répondre aux interrogations des partenaires de l’entreprise, clients ou fournisseurs.