Se connecter S’abonner

Investissez simplement avec les bons ETF

Les ETF sont des fonds indiciels permettant de miser à moindre coût en Bourse. Attention, il faut connaître quelques règles avant de se lancer.

Bourse

Le regain d’intérêt pour la Bourse conduit de nombreux investisseurs à se tourner vers des ETF (Exchange Traded Fund). Entre 2018 et 2020, près de 300 000 particuliers ont effectué au moins une opération, via cet instrument, d’après l’AMF. Et la tendance s’accélère. Au premiers trimestre 2021, ils étaient 111 000 ! Connus aussi sous le nom de trackers, les fonds indiciels cotés répliquent à la hausse comme à la baisse la performance d’un indice. Malgré une gestion passive qui ne permet pas de limiter vos pertes en cas de baisse des marchés, ils séduisent grâce à leurs nombreux atouts.

D’abord, ces instruments sont très peu onéreux : 0,36 % de frais en moyenne sur un ETF actions, soit quatre fois moins qu’un fonds géré activement, selon les derniers calculs de l’AMF. Ils sont ensuite faciles à utiliser. S’échangeant comme une action en Bourse, un ETF permet en un clic de vous exposer à toute une classe d’actifs, une zone géographique, une thématique… Par exemple, si vous investissez sur un ETF sur le S&P 500, vous suivez la performance des 500 plus grandes valeurs américaines. De quoi donc vous simplifier la tâche en matière de diversification. Enfin, leur accessibilité s’améliore dans l’assurance vie (124 contrats en proposent d’après Quantalys), les plans d’épargne en action et les comptes-titres.

Se concentrer sur la qualité de réplication

Néanmoins, comme pour un fonds traditionnel, vous devez choisir les meilleurs produits. Si près de 2 000 ETF sont commercialisés en Europe, tous ne se valent pas. « Contrairement à une idée très répandue, l’ETF le moins cher n’est pas le meilleur. Il faut en priorité regarder la qualité de réplication d’un ETF par rapport à son indice, c’est-à-dire sa capacité à suivre à la trace l’évolution de l’indice, prévient Alexis Naacke, responsable de la gestion chez Yomoni. Nous avons remarqué jusqu’à 2 % d’écart de performance annuelle entre le meilleur et le moins bon ETF sur les actions américaines, une différence non négligeable surtout à long terme. » Vous devez donc vérifier cet aspect, en regardant notamment des indicateurs comme la tracking difference.

Après avoir éliminé les mauvais produits, il faut ensuite choisir les bonnes expositions. En la matière, il y a deux écoles. La première concerne les investisseurs bons pères de famille, c’est-à-dire ne prenant pas trop de risque et s’engageant sur le long terme. Privilégiez alors les expositions les plus larges avec des indices connus sur les actions américaines, européennes… « Les ETF exposés sur les indices mondiaux sont toujours très recherchés dans ce type d’approche », remarque Vincent Denoiseux, responsable de la recherche ETF chez Lyxor.

La deuxième pratique s’adresse plutôt aux investisseurs plus aguerris qui font évoluer régulièrement leur portefeuille. Vous pouvez alors choisir des ETF plus ciblés sur des secteurs d’activité, des thématiques du moment… « Investir sur des thèmes dits value devrait être encore porteur cette année, à travers des pays délaissés dans les émergents, les secteurs de l’énergie ou des financières », confie Régis Yancovici, fondateur de Luxavie.