Se connecter S’abonner

Lagardère : le divorce est consommé avec Bernard Arnault

En forte baisse hier, le titre est pénalisé par le désengagement annoncé de Bernard Arnault de la société personnelle d’Arnaud Lagardère, accusé d’abus de biens sociaux et de comptes inexacts. Le célèbre patron de LVMH ne veut pas ternir sa réputation. En lâchant l’héritier de Jean-Luc Lagardère, le statut quo obtenu entre les principaux actionnaires du groupe éponyme (Bolloré, Amber et Arnault) pourrait voler en éclat et conduire à un démantèlement de Lagardère.

Arnaud_Lagardere. Crédit: Lagardère.

En tête des plus fortes baisses de l’indice SBF 120 hier avec un recul de 7,35% à 21,68 euros dans un marché pourtant haussier (le CAC 40 a progressé de 1,18%), le titre Lagardère est sous pression. En cause, Bernard Arnault va d’ici la fin du mois de septembre revendre sa participation de 27%, prise il y a tout juste un an dans le holding personnel d’Arnaud Lagardère pour lui venir en aide face à l’offensive menée par le tandem Amber Capital et Vincent Bolloré, bien décidé à démanteler le groupe fondé par Jean-Luc Lagardère. En respect de sa mémoire, le célèbre patron de LVMH s’était engagé vis à vis du fils prodige à préserver le périmètre du groupe malgré son intérêt pour le pôle des boutiques sur les lieux de transport et des actifs média (Le Journal du Dimanche et Paris Match). En échange, Bernard Arnault va renforcer sa participation directement au véhicule coté Lagardère, qui sera portée à 9,9%.

Vers la fin du pacte de non-agression ?

Mais le divorce est aujourd’hui consommé entre Arnault Lagardère et le dirigeant de LVMH, qui a mis fin à leur pacte d’actionnaires. Celui-ci n’aurait en effet pas du tout apprécié les passerelles mises en place cet été avec Vincent Bolloré entre les pôles édition de Lagardère et de Vivendi et entre Europe 1 et CNews. Mais surtout Bernard Arnault ne souhaite en aucun cas faire les frais des démêlés judiciaires, auxquels pourraient être exposés le groupe Lagardère et Arnaud Lagardère, accusés de comptes inexacts et d’abus de biens sociaux par le parquet financier. Raison pour laquelle il souhaite sortir au plus vite de la société personnelle d’Arnaud Lagardère et ne conserver que la participation de 9,9% directement dans Lagardère. Est-ce que le revirement de Bernard Arnault, signe la fin du pacte de non-agression obtenu pour une durée de six ans entre les actionnaires de référence de Lagardère (Amber Capital, Vincent Bolloré et Bernard Arnault) ? Il ne faut pas écarter l’hypothèse, auquel cas la dimension spéculative du dossier reprendrait ses droits et profiterait à l’action.

Notre conseil : achetez Lagardère à 21 euros (code : FR0000130213) pour viser un objectif de cours de 26 euros.