Se connecter S’abonner

Bourse : l’AMF alerte sur les arnaques promettant des actions au rabais

L’Autorité des marchés financiers (AMF) met en garde contre des propositions frauduleuses d’investissement dans les titres de grandes entreprises, dont les géants américains de la tech, à un prix inférieur à leur cours officiel.

PEA
Crédit: iStock.

L’Autorité des marchés financiers (AMF) tire la sonnette d’alarme. A la suite de nombreux signalements d’épargnants, elle appelle à la plus grande vigilance à l’égard de propositions d’investissement dans les titres de grandes entreprises, étrangères ou françaises, à un prix inférieur à leur cours officiel, par des acteurs non autorisés ou usurpant l’identité d’acteurs régulés.

Les épargnants sont le plus souvent sollicités par e-mail ou par téléphone après avoir laissé leurs coordonnées sur des formulaires de contact sur Internet. Ces propositions frauduleuses d’achat d’actions d’entreprises cotées, par exemple des valeurs technologiques américaines ou des valeurs françaises bien connues du grand public, « s’appuient le plus souvent sur des usurpations d’identité d’établissements financiers ou de paiement européens et peuvent être présentées sous la forme de ‘livrets’ », rapporte l’AMF, dans un communiqué publié lundi 28 mars. 

Jusqu’à 55.000 euros de pertes

Ainsi, des épargnants ont reçu des propositions d’investissements, telles qu’un « livret Gafa avec capital garanti et une indexation à la performance des actions Google, Amazon, Facebook, Apple », ou encore un « livret Tesla Apple Facebook ». De faux intermédiaires proposent également d’acheter des actions Française des jeux (FDJ) à prix prétendument décoté. « En novembre 2019, l’AMF avait déjà alerté le public sur ces propositions frauduleuses d’achat d’actions FDJ », ajoute l’organisme. 

Peu après avoir effectué les virements, les victimes ne parviennent plus à joindre les faux conseillers ni à récupérer leurs fonds. Depuis le printemps 2021, l’organisme a reçu plusieurs « centaines de demandes d’épargnants concernant ce type de propositions d’investissements et plus d’une centaine de réclamations et signalements ». Les pertes déclarées par les épargnants représentent, en moyenne, un préjudice de 55.000 euros.