Se connecter S’abonner

La Bourse de Paris débute timidement la semaine

Après une semaine euphorique, le CAC 40 reprend son souffle. Il s’inscrivait en repli en début de matinée sous l’effet de prises de bénéfices naturelles.

Covid-19 - bourse marchés financiers cac 40
Crédit: iStock.

La Bourse de Paris a ouvert dans le rouge lundi 8 juin, reprenant son souffle après une semaine de très forte progression.

L’indice CAC 40 perdait 0,86% en début de matinée à 5.161,78 points. Vendredi 5 juin, il avait gagné 3,71%, soit une clôture euphorique pour une semaine où la place parisienne a grimpé de plus de 10%.

Les places financières, après avoir été portées par les plans de relance des Etats et des banques centrales, reprennent leur souffle.

« Les marchés ont déjà pris en compte beaucoup de bonnes nouvelles. Reste à voir si cette tendance se maintiendra au contact des prochaines données macroéconomiques et des résultats d’entreprises pour le 2ème trimestre », avertit Alexandre Baradez, responsable Analyses Marchés chez IG France.

Autres sources de préoccupations, « les protestations massives à travers le monde contre le meurtre de George Floyd et le risque d’une nouvelle hausse des cas de Covid-19 pourraient refroidir l’ambiance », note pour sa part Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote.

De fait, les conséquences de la pandémie, qui a fait au moins 400.000 morts selon un comptage de l’AFP, sont loin d’être terminées.

Des indicateurs d’activité moroses

La Chine a dévoilé dimanche des chiffres moroses pour son commerce en mai. Les importations du géant asiatique ont de nouveau plongé en mai (- 16,7% sur un an), touchant leur plus bas niveau depuis janvier 2016, tandis que les exportations ont baissé, de 3,3% sur an, alors qu’elles avaient connu un rebond surprise en avril.

Les tensions avec les Etats-Unis demeurent, même si les deux pays ont montré des signes d’apaisement.

L’administration Trump a annoncé alléger l’interdiction prochaine des vols vers et depuis les Etats-Unis opérés par les compagnies aériennes chinoises, après que Pékin a finalement autorisé les transporteurs américains à reprendre le service entre les deux pays.

En parallèle, le président américain a menacé vendredi d’imposer de nouvelles taxes douanières à l’Union européenne et à la Chine en représailles aux droits de douane qui pèsent sur les ventes de homard américain.

Du côté des indicateurs, l’indice de la production industrielle allemande a connu un nouveau recul mensuel historique de 17,9%, plombé par les conséquences de la pandémie, a révélé lundi l’institut allemand de statistique Destatis.

Unibail garde le rythme

Sur le plan des valeurs, Unibail-Rodamco-Westfield continuait de rebondir et de caracoler en tête du CAC 40 avec un bond de 6,05%.

Les valeurs bancaires avançaient également : la Société Générale montait de 4,44%, le Crédit Agricole de 3,78% et BNP Paris de 2,43%.

A LIRE>>> « Les foncières (centres commerciaux et bureaux) sont valorisées sur la base d’une chute de leurs revenus, ce qui nous paraît peu probable », selon Véronique Gomez

Engie progressait de 0,51% à 11,75 euros. Les tarifs réglementés de vente du gaz appliqués par Engie à des millions de foyers devraient fortement augmenter dans la deuxième partie de l’année, à moins qu’un mécanisme de lissage ne soit mis en place, a recommandé la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

Airbus reculait de 1,25%. L’avionneur européen n’a pas enregistré de commandes d’avions et n’a livré que 24 appareils en avril, sous l’effet de la crise provoquée par l’épidémie de Covid-19 et la fermeture des frontières.