Lagardère reste à Lagardère après une AG mouvementée

L’assemblée générale des actionnaires de Lagardère, réunie ce mardi 5 mai, a rejeté les nominations au conseil de surveillance proposées par le premier actionnaire, le fonds Amber Capital. Le début de la fin ? Analyse.

Arnaud Lagardère tient bon face au fonds activiste Amber Capital. Crédit : iStock

Malgré sa montée au capital et les inquiétudes causées autant par la crise sanitaire que par une gestion erratique, le fonds Amber Capital n’a pas réussi à imposer ses administrateurs au conseil d’administration de Lagardère Groupe. Le statut de société en commandite de l’entreprise permet à Arnaud Lagardère de s’y maintenir, grâce à ses amis intéressés par ses derniers actifs.

Une AG de tous les dangers

Le scénario empruntait beaucoup à « Maigret et l’affaire Saint-Fiacre », dans lequel une vieille comtesse et son fils se sont défaits de leurs terres, tableaux, meubles et bijoux pour maintenir leur train de vie. Joseph Oughourlian, le patron fondateur d’Amber Capital, ne disait pas autre chose au Figaro. Comme dans le polar George Simenon, tous les protagonistes de l’affaire se sont retrouvés à huis clos, confinement oblige.
A 10h, Arnaud Lagardère rejouait depuis un studio TV, une scène qui, en 2010, avait tourné à son avantage : le raid de l’ex-Marine Guy Wyser-Pratte avait échoué face aux alliés du patron de Lagardère Groupe et sa commandite. Côté pile, elle assure à Arnaud le contrôle du géant du Travel Retail, des médias et de l’édition, avec 7,3 % du capital et 10,93 % des droits de vote. Côté face, elle le rend personnellement responsable des dettes du groupe et le leste de 213 millions de dettes. Au grand dam d’Amber Capital, fort de 18 % du capital, bien décidé à débrancher un patron et une stratégie qui ne cesse d’interroger. Le chiffre d’affaires a été divisé par 2, à 6,9 milliards, suite à des cessions bradées, la capitalisation a fondu à moins de deux milliards, et les ressources humaines ont perdu 28 % des effectifs.

Une Société en commandite permet de maintenir Arnaud Lagardère

Une fois encore, le verrou de la commandite a fonctionné. Peu après midi, ce mardi 5 mai, Arnaud Lagardère l’emportait sur presque toutes les lignes : toutes les motions présentées par Amber ont été rejetées, à l’exception du renouvellement du mandat de Martine Chêne.
Fort du soutien de ses amis, le Qatar Investment Authority (13,03 % du capital), Vincent Bolloré via Vivendi (10,98 %) et le patron de Fimalac, Marc Ladreit de Lacharrière (3,5 %), Arnaud Lagardère a assisté au rejet des quinze propositions d’Amber Capital. Ce dernier ne pourra, d’ailleurs, même pas entrer au conseil d’administration du groupe dont il détient 18 % du capital.

Une bataille à venir ?

Reste à savoir si cette bataille remportée par Arnaud Lagardère ne lui fera pas perdre la guerre. En clair : que ses chevaliers blancs, MM. Bolloré et Lacharrière, ne récupèrent pas, un jour, les derniers joyaux d’un empire patiemment édifié par son père, Jean-Luc Lagardère.
Vivendi fera tout pour qu’Europe 1, pourtant en (très) grande perte de vitesse avec moins de 8 % d’audience et Lagardère Studio ne tombent entre les mains de TF1.
Les synergies entre Canal Plus, Vivendi d’un côté et de l’autre la radio, Paris Match et Le JDD font saliver tous les tycoons des médias. Idem pour Lagardère Publishing, quatrième éditeur mondial, aux performances plus qu’honorables malgré un marché français du livre en repli d’un tiers au premier trimestre, d’après les données Xerfi -Livres Hebdos. A moins que ce pôle ne tombe dans l’escarcelle de Marc Ladreit de Lacharrière, pour renforcer sa filiale Éditos. Il pourrait également récupérer les salles de spectacles de Lagardère Entertainment ?
Autant de vestiges de la splendeur passée d’un groupe qui aujourd’hui reste recentré sur le Travel Retail, certes à l’arrêt en raison de la crise sanitaire, mais qui reste très lucratif, malgré de lourds investissements et des loyers élevés à reverser aux exploitants d’infrastructures aéroportuaires et ferroviaires.

Sur le même thème

bourse marchés financiers

Réactions et commentaires

Sur la même thématique