Mieux Vivre Votre Argent

Assurance vie : Spirica va cesser de commercialiser H2O

l'indice phare de la Bourse de Paris finissait en fort recul de 2,11%. Crédit: iStock

Spirica, filiale de Crédit Agricole, va cesser de commercialiser des fonds H2O Asset Management, selon les informations du Financial Times. Ce qui priverait H2O de l’accès à un « réseau clé de distributeurs de la plus grande banque de détail française », selon le journal.

Fin août, l’AMF a forcé H2O à suspendre temporairement les opérations sur certains de ses fonds, pour raisons « d’incertitudes de valorisation ». La société de gestion, qui gère 22 milliards d’euros d’encours, avait d’abord évoqué une suspension de 4 semaines. Elle a annoncé une réouverture au 13 octobre.

A LIRE >>> Ce contrat d’assurance vie où l’on gagne à tous les coups est valable

Une décision qui a aussi ébranlé la sphère de l’assurance vie. Dans le détail, Spirica, qui distribue des produits assurantiels via des plateformes en ligne, banques privées et réseaux de conseillers en gestion de patrimoine, a annoncé ne plus vouloir commercialiser ces fonds aux nouveaux investisseurs, selon un email consulté par le journal. La filiale de Crédit Agricole permettra néanmoins à ses clients d’effectuer des transactions sur les fonds non suspendus, toujours d’après le Financial Times.

Les clients existants pas bloqués

Précédemment, l’assureur avait indiqué à ses partenaires et clients qu’il ne serait plus possible « de réaliser une opération unitaire ou programmée sur ces fonds : versement initial, complémentaire, mise en place de versements libres programmés, arbitrage en entrée et en sortie, rachat total, partiel, mise en place de rachats partiels programmés ainsi que toute opération ou déclenchement d’arbitrage automatique au départ ou à destination de ces fonds ».

Dans un entretien au site H24 Finance, le 9 septembre dernier, Mehdi Rachedi, directeur des relations investisseurs chez H2O AM, tempérait. Le responsable expliquait qu’il « est aujourd’hui de l’intérêt de toutes les parties que tout soit fait dans l’intérêt des porteurs. Nous avons des relations fortes et historiques avec les assureurs, nous réalisons que cette décision entraîne une surcharge de travail et nous sommes à leur côté pour les accompagner durant cette période ».