Homéopathie : la fin du remboursement va coûter près de 127 millions d’euros aux Français

La semaine dernière, la Haute autorité de santé a émis une recommandation « défavorable » au maintien du remboursement des produits homéopathiques. La Caisse d’assurance maladie a révélé avoir remboursé 126,8 millions d’euros pour ce type de médicaments en 2018.

L'homéopathie risque de ne bientôt plus être prise en charge par la Sécurité sociale. Crédit: iStock.

Alors que la Haute autorité de santé a émis une recommandation « défavorable » au maintien du remboursement des produits homéopathiques la semaine dernière, on sait désormais ce que ce déremboursement pourrait coûter aux Français. En effet, comme le rapporte L’Express, la Caisse nationale d’assurance maladie a révélé ce mercredi 22 mai le montant total des remboursements consacrés à l’homéopathie l’an dernier. Elle a remboursé 126,8 millions d’euros pour ce type de médicaments, c’est 2% de moins que pour 2017.

Remboursée depuis 1984

Cette année-là, l’Assurance maladie avait remboursé 129,6 millions d’euros pour les « médicaments homéopathiques ». La Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) précise que cette somme correspond au total des remboursements pour « tous [les] régimes » de sécurité sociale, au niveau de la « France entière » et inclut les « honoraires de dispensation » versés aux pharmaciens. Longtemps plébiscitée par les Français, l’homéopathie est remboursée depuis 1984.

À LIRE AUSSI >>> Les pro-homéopathie s’activent avant un éventuel déremboursement

Ce type de médicaments a longtemps été pris en charge à hauteur de 65% par la Sécurité sociale, jusqu’à ce que le taux soit abaissé à 35 % en 2003, puis 30 % en 2011. Le reste à charge peut parfois être pris en charge par les complémentaires santé. Le remboursement de l’homéopathie est l’objet de vives contestations depuis que 131 membres des Académies des sciences, de médecine et de pharmacie dénoncent le remboursement des granules. Ils estiment que l’homéopathie n’est pas un médicament actif, même si elle bénéficie d’une autorisation de mise sur le marché et d’un remboursement. Ils jugent en effet qu’elle n’a pas fait la preuve de son efficacité sur la base de démonstrations vérifiables et objectives reconnues par la communauté scientifique internationale.

Une recommandation « défavorable » au maintien du remboursement des produits

À la suite de cette mise en cause, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, avait saisi la Haute autorité de santé (HAS) pour connaître son avis « quant au bien-fondé » du remboursement. La semaine dernière, la Commission de transparence de la HAS a émis une recommandation « défavorable » au maintien du remboursement des produits homéopathiques. Mais cette recommandation n’achève pas la procédure et la HAS doit encore rendre un avis définitif à la ministre, qui s’est « engagée à suivre les recommandations » de cette institution.

Sur le même thème

Prix des médicaments santé

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

27/05/2019 at 16:22
johndoe

« Homéopathie : la fin du remboursement va coûter près de 127 millions d’euros aux Français », ce titre est faux.

En effet, ces 127 millions d’euros sont payés par qui ? L’assurance maladie… donc les Français !! La fin du remboursement ne va donc pas coûter cette somme aux Français (à l’ensemble des Français) mais uniquement à ceux qui ont recours à l’homéopathie !

Un titre du genre « Homéopathie : la fin du remboursement va permettre à l’assurance maladie d’économiser 127 millions d’euros ». m’aurait paru plus… honnête, disons-le.

Sur la même thématique