La Bourse de Paris passe dans le rouge, la situation à Hong Kong pèse

La cote parisienne avait ouvert dans le positif ce lundi matin. C’était sans compter la manifestation dans l’aéroport de Hong Kong et la fermeture de ce dernier qui a eu pour conséquence immédiate la baisse de marchés. 

La cote parisienne a connu un début positif mais est passée dans le rouge sans parvenir à se redresser.Crédit : Istock

La Bourse de Paris évoluait dans le rouge lundi à la mi-journée (-0,47%), après une ouverture en hausse, dans un climat de nervosité alimenté par les incertitudes sur la situation politique en Italie, à Hong Kong et la guerre commerciale sino-américaine.

La cote parisienne a connu un début positif mais est passée dans le rouge sans parvenir à se redresser.

De son côté, Wall Street s’apprêtait à ouvrir en baisse. Le contrat à terme sur l’indice vedette Dow Jones Industrial Average perdait 0,68%, toute comme l’indice élargi S&P 500 et le Nasdaq, à forte coloration technologique, s’inclinait de 0,74%.

Le marché actions « est passé en territoire négatif alors que la situation à Hong Kong s’aggrave », a commenté dans une note Neil Wilson, analyste chez Markets.com.

Depuis juin, l’ex-colonie britannique est le théâtre de manifestations quasi-quotidiennes contre Pékin. Les manifestants demandent la démission de Carrie Lam, la cheffe du gouvernement local pro-Pékin, l’élection d’un successeur au suffrage universel direct, et non sa désignation par Pékin, comme c’est actuellement la règle. 

Ils exigent aussi une enquête sur les violences dont ils accusent la police et l’abandon définitif d’un projet de loi controversé qui autoriserait des extraditions vers le Continent.

Fermeture de l’aéroport de Hong Kong

Ce lundi, l’aéroport de Hong Kong a pris la décision rarissime d’annuler tous ses vols après que des milliers de manifestants eurent envahi son hall des arrivées, ce qui eu pour effet de « faire baisser les marchés, après une ouverture positive en Europe », a encore dit l’analyste.

Autre sujet d’inquiétude, l’Italie, qui entame ce lundi une semaine décisive pour l’avenir du gouvernement de Giuseppe Conte, à l’agonie depuis que le chef de la Ligue (extrême droite) Matteo Salvini a décrété sa mise à mort jeudi.

A ces sujets majeurs s’ajoute la guerre commerciale, qui s’est intensifiée ces derniers jours. Donald Trump a averti que les Etats-Unis n’étaient « pas prêts » à conclure un accord commercial avec la Chine, évoquant même une possible annulation du round de discussions prévues en septembre à Washington.

Du côté des valeurs, Amundi restait en hausse de 0,72% à 56,15 euros, dopé par le relèvement de sa recommandation à « acheter », contre « neutre » auparavant, par Goldman Sachs.

Eurazeo profitait (+1,12% à 58,65 euros) également d’un relèvement de sa recommandation à « acheter », contre « neutre » précédemment, par Goldman Sachs.

Altran grappillait 0,10% à 14,31 euros, après avoir donné son feu vert aux conditions de son rachat par Capgemini (+0,18% à 109,45 euros), franchissant une nouvelle étape vers la création d’un géant français et mondial dans l’informatique.

Les valeurs du secteur pétrolier étaient mal orientées, à l’image de Vallourec (-3,05% à 2,51 euros) et CGG (-2,79% à 1,64 euro).

Sur le même thème

Conseils Bourse

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique