Immobilier : la mairie de Paris veut geler les loyers

Face à la hausse des loyers à Paris, la mairie a décidé d’agir. Après avoir obtenu de l’État de pouvoir de nouveau encadrer les loyers, Ian Brossat, l’adjoint d’Anne Hidalgo chargé du logement, réclame désormais de pouvoir les geler. L’élu veut s’inspirer de l’exemple de Berlin.

Il s'inspire du cas de Berlin, la seule ville au monde a avoir pris une telle mesure. Crédit : iStock.

Paris souhaite agir contre la hausse des loyers. La mairie, après avoir obtenu de l’État de pouvoir encadrer les loyers dans la capitale, a décidé de totalement les bloquer. En effet, comme le rapporte Le Figaro, c’est Ian Brossat, adjoint d’Anne Hidalgo au logement, qui a soumis cette proposition. « J’aimerais que nous puissions bloquer les loyers à Paris », a-t-il annoncé sur Cnews. Il s’inspire du cas de Berlin, la seule ville au monde a avoir pris une telle mesure. Un gel des loyers qui devrait entrer en vigueur au début de l’année 2020 dans la capitale allemande.

« L’État devrait nous donner les moyens de remettre de la régulation dans ce secteur devenu fou »

Pour rappel, Paris avait déjà mis en application le 1er juillet dernier la loi logement. Elle permet aux maires qui le demandent de plafonner la hausse des loyers dans leur commune pour une durée de cinq ans. Ce dispositif avait été annulé par la justice il y a deux ans. C’est le maximum que puisse une mairie sur les loyers jusqu’à présent, mais Ian Brossat souhaite aller plus loin. « En France, un maire n’a pas le pouvoir de bloquer les loyers. Il a besoin de l’État pour le faire. L’État devrait nous donner les moyens de remettre de la régulation dans ce secteur privé qui est devenu fou », demande l’élu.

À LIRE AUSSI >>> Immobilier: la revalorisation des loyers durcie en zone tendue

Une demande forte à six mois des élections municipales. Benjamin Griveaux, candidat LaREM à la mairie de Paris, s’est lui aussi positionné sur cette thématique du logement à Paris. Il s’en est pris à Ian Brossat dans Le Parisien et l’a accusé d’être responsable de la fuite des classes moyennes de Paris. « Quand on choisit de laisser les clés à Ian Brossat, on applique le communisme municipal. Résultat: Paris perd 12 000 habitants par an depuis cinq ans. Essentiellement les classes moyennes », a regretté l’ancien porte-parole du gouvernement ce mardi 10 septembre.

Sur le même thème

Face à la hausse des loyers à Paris Ian Brossat

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique