L’UFC-Que Choisir milite pour le remboursement automatique des victimes de fraude à la carte bancaire

Les fraudes à la carte bancaire ont augmenté de 36% en un an. À la demande de l’Europe, un nouveau système de sécurisation des transactions bancaires entre en vigueur ce samedi 14 septembre. Problème, les banques ont jusqu’en 2022 pour mettre en application ce nouveau protocole visant à limiter la fraude sur les paiements en ligne. En attendant la mise en place progressive du nouveau mode de validation des transactions par carte, comme le rapporte BFMTV, ce sont chaque année 1,2 million de ménages qui sont victimes de fraude à la carte bancaire. Or, selon une étude de l’UFC-Que Choisir, en moyenne, un consommateur victime de fraude met 21 jours pour être remboursé. L’association de consommateurs demande à ce que cela soit immédiat.

Les multiples obligations imposées illégalement par les banques

Interrogé par Le Parisien, Matthieu Robin, chargé de mission sur le secteur financier au sein de l’association défense des consommateurs, assure que selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, « 20% de fraudes ne donnent pas lieu à un remboursement ». Un constat « très grave dans la mesure où le préjudice moyen est de 860 euros ». Parmi les raisons de ces remboursements à retardement ou non réalisés, les multiples obligations imposées par les banques à leurs clients victimes de fraude à la carte bancaire. Des exigences le plus souvent illégales. « Par exemple, quatre banques sur dix testées réclament aux consommateurs un dépôt de plainte » selon Matthieu Robin. Une démarche qui retarde considérablement les remboursements et incite les consommateurs à abandonner leurs démarches selon l’UFC-Que Choisir.

À LIRE >>> Fraude: le nombre de cartes bancaires touchées atteint des sommets

C’est pour toutes ces raisons que l’association de consommateurs a décidé de saisir l’Autorité de contrôle prudentielle et de résolution, l’ACPR, afin qu’elle « contrôle davantage la bonne application de la loi ». Les banques utiliseraient également l’excuse de l’usage de la 3-D Secure (validation du paiement en ligne par sms) pour ne pas rembourser ses clients en assurant qu’il ne peut donc y avoir fraude. Inadmissible pour Matthieu Robin qui assure que le « 3-D Secure peut être détourné » dans Le Parisien. Il exige « un remboursement automatique et rapide en cas de fraude » pour les victimes face à l’explosion des piratages.

Rédaction Mieux Vivre

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre
Mots-clés : Fraude carte bancaire

Articles récents

Accord d’intéressement: l’Urssaf aide les TPE à le mettre en place

Les patrons de TPE ont jusqu’au lundi 31 août pour demander l’aide en ligne de l’Urssaf, et être accompagnés gratuitement…

14/08/2020 15:41

Immobilier: vers une dissociation du foncier et du bâti pour réduire les coûts?

Un projet de loi vise à dissocier le foncier du bâti, afin de permettre aux ménages modestes de devenir propriétaires…

14/08/2020 12:40

Coronavirus: quand peut-on se faire rembourser ses frais de scolarité?

Des étudiants montent au créneau. Face à l’annulation de cours en raison du confinement, ils ont ont trouvé le moyen…

14/08/2020 12:21

Néobanques: en difficulté, Revolut augmente ses tarifs

Revolut a été contrainte de pratiquer des modifications tarifaires. Les comptes gratuits sont les premiers concernés par ces évolutions.

14/08/2020 10:25

« Faire table rase de l’existant fiscal », selon Frédéric Douet

Frédéric Douet, professeur agrégé de droit à l’université de Rouen, livre avec son "Anti-manuel de psychologie fiscale" (Enrick B éditions),…

14/08/2020 09:23

Coronavirus: les SCPI résistent plutôt bien à la crise

Avec un taux moyen de recouvrement des loyers de 78%, les SCPI tiennent bon rassure l’Observatoire des SCPI de LINXEA.

14/08/2020 09:17