Les assistantes maternelles en grève contre l’obligation de se référencer en ligne

L’objet de leur colère est un article du projet de loi de financement de la « Sécu » pour 2020 qui vise à améliorer, pour les parents, l’accès aux places de garde disponibles.

Pour faire garder bébé en dehors des structures collectives, deux solutions : l’assistante maternelle et la garde à domicile. ©Istock

Les quelque 318.000 assistantes maternelles de France étaient appelées mardi à faire grève contre une réforme qui les oblige à se référencer sur un site web, mais assuraient pour la plupart l’accueil des enfants qui leur sont confiés, selon un collectif représentant ces « nounous ».

A LIRE >>> Garde d’enfant : le match entre nounou à domicile et assistante maternelle

« Nous assurons l’accueil des enfants, mais n’organisons pas d’activités à l’extérieur. Pour les repas, c’est aux parents de nous les fournir », a précisé à l’AFP Laurence Joly, l’une des porte-parole du collectif Assistants maternels en colère – « gilets roses ». Cette solution, choisie par une majorité d’assistantes maternelles, permet d’éviter de mettre les parents « dans l’embarras », a-t-elle fait valoir.

L’objet de leur colère est un article du projet de loi de financement de la « Sécu » pour 2020 qui vise à améliorer, pour les parents, l’accès aux places de garde disponibles.

Pour ce faire, les assistantes maternelles devront désormais se référencer sur le site monenfant.fr, opéré par les Allocations familiales, et y actualiser régulièrement leurs disponibilités, sous peine de perdre leur agrément.

Des nourrices sont réticentes à publier leurs coordonnées

Contactée par l’AFP, Véronique Delaitre, responsable FO pour le secteur des emplois de la famille, a affirmé que la grève des activités extérieures et de la préparation des repas était « très suivie » par les assistantes maternelles. Elle a estimé le taux de grévistes à « 80% ». « Il y a un vrai ras-le-bol », a-t-elle déploré, craignant notamment une « mauvaise protection des données » due à l’obligation faite aux assistantes maternelles de se référencer sur un site web accessible à tous.

A LIRE >>> Comment calculer l’indemnité d’entretien de son assistante maternelle? Un simulateur en ligne permet d’être au plus juste

Plusieurs nourrices sont réticentes à l’idée de publier leurs coordonnées complètes, et notamment leur adresse, par crainte de subir du démarchage commercial intempestif. 

« Par ailleurs, le législateur n’a pas pensé aux zones blanches. Tout le monde n’a pas internet », a relevé Véronique Delaitre, qui appelle les assistantes maternelles à rejoindre un « sit-in » organisé par les syndicats FO et CGT mercredi devant le ministère de la Santé.

Les « nounous » s’étaient déjà mobilisées au début de l’année contre une modification du régime d’assurance chômage qui leur aurait fait perdre leur système spécifique d’indemnisation. Le projet a finalement été abandonné.     

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique