Conseils Bourse : sanctionné sur les marchés, le titre Elior doit rester dans le viseur des investisseurs

Le groupe de restauration et de services Elior n’a cessé d’accumuler les déconvenues en revoyant en baisse à plusieurs reprises ses perspectives. Le dossier reste tout de même à surveiller. Explications.

L’année 2018 aura été finalement encore plus éprouvante que la précédente pour les actionnaires d’Elior. Crédit : Istock

Chaque semaine, sur Mieuxvivre.fr, les journalistes de La lettre de la Bourse analysent une valeur de la cote parisienne et vous conseillent de l’acheter, de la vendre ou de rester à l’écart du titre. La Lettre de La Bourse est une publication du groupe Valmonde, éditeur du magazine Mieux Vivre Votre Argent.

L’année 2018 aura été finalement encore plus éprouvante que la précédente pour les actionnaires d’Elior. Fragilisé depuis le départ surprise de son patron emblématique, Philippe Salle, à l’été 2017, le groupe de restauration et de services n’a cessé d’accumuler les déconvenues en revoyant en baisse à plusieurs reprises ses perspectives de résultats dans un environnement très concurrentiel et rendu plus difficile aussi par des phénomènes exogènes (conditions météorologiques, grèves…). La publication des résultats de l’exercice clos le 30 septembre dernier a été une nouvelle occasion pour les investisseurs de faire part de leur défiance sur le dossier malgré des performances globalement conformes aux attentes.

PRATIQUE >>> Vous avez une question sur une valeur boursière ? Interrogez directement les journalistes de la Lettre de la Bourse

Comme prévu, la croissance organique du chiffre d’affaires est ressortie à 3%, alors que la marge opérationnelle s’est dégradée de 1 point à 4,3% en raison de la hausse des amortissements liée à la forte progression des investissements engagés depuis l’exercice 2015/2016. Le pôle restauration collective a particulièrement souffert avec une marge en baisse de 1,3 point, principalement due à la dégradation de la situation en France. Elior fait face à une rude concurrence et a probablement cédé à la course aux contrats, même peu margés. La mauvaise surprise est venue de la chute de 70% du résultat net (34 millions d’euros) après la prise en compte de charges exceptionnelles importantes (restructurations et dépréciations d’actifs en Italie et en Inde).

Un plan stratégique sur 3 ans

Emmenée par le nouveau directeur général, Philippe Guillemot, la direction a présenté en juin dernier un plan stratégique à trois ans, « Elior Group 2021 » visant une croissance annuelle organique de 3% du chiffre d’affaires et une progression deux fois plus importante du résultat opérationnel. Le problème est que le plan portera surtout ses fruits à partir de la deuxième année. L’exercice 2018/2019 marquera donc une simple transition avec une faible croissance organique attendue des facturations (+1%) et une marge opérationnelle stable. L’horizon du redressement est donc assez éloigné et ne permet pas aux investisseurs de se projeter suffisamment, surtout dans un marché boursier devenu très capricieux.

A LIRE >>> Les analyses sur les valeurs de La Lettre de la Bourse

A moins qu’Elior apporte enfin une bonne surprise. Celle-ci pourrait venir de la cession du pôle de restauration en concession (aires d’autoroutes, musées, gares ou aéroports). Le groupe a récemment indiqué vouloir mener une revue stratégique pour cette activité, sans pour autant tirer à ce stade de conclusion. Certains analystes financiers valorisent la restauration sous concession jusqu’à deux milliards d’euros. Une vente permettrait donc à Elior de se désendetter totalement et de mettre l’accent sur la restauration collective, moins gourmande en capitaux. Avec toutefois le risque de se séparer de son actif le plus rentable. Or il n’est pas certain que le groupe puisse se le permettre au regard de l’évolution difficile du métier de restauration collective.

Ces incertitudes se retrouvent aujourd’hui dans une valorisation très faible pour le dossier. Après avoir fondu de près de 30% depuis le mois de janvier et de 20% en 2017, l’action Elior ne capitalise plus que 13 fois les profits attendus l’an prochain et affiche une valeur d’entreprise (capitalisation et dette) inférieure à 13 fois le résultat d’exploitation.

Le conseil de la rédaction de La Lettre de la Bourse

Le dossier pourrait manquer de catalyseurs à court terme, sauf en cas de cession rapide du pôle concession à un bon prix. Pour autant, une bonne partie des mauvaises nouvelles semble intégrée dans la faible valorisation. Conservez. Code Isin : FR0011950732.

 

Sur le même thème

Conseils Bourse

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique