Divorce : comment modifier le montant d’une pension alimentaire ?

Un couple divorce en 2001 d’un commun accord. Selon la convention de divorce, l’ex-mari doit verser une rente mensuelle de 1 000 euros à son ex-épouse, à titre de prestation compensatoire. Douze ans après, il demande la suspension de cette rente pendant dix-huit mois et sa réduction à la reprise des versements, en invoquant un changement important dans ses ressources. Il obtient gain de cause. L’ex-épouse saisit la Cour de cassation.

La prestation compensatoire abaissée

La Cour de cassation a considéré que la suspension de la rente ainsi que la réduction de son montant étaient justifiées au regard de l’article 276-3 du Code civil. Celui-ci prévoit que «la prestation compensatoire fixée sous forme de rente peut être révisée, suspendue ou supprimée en cas de changement important dans les ressources ou les besoins de l’une ou l’autre des parties. La révision ne peut avoir pour effet de porter la rente à un montant supérieur à celui fixé initialement par le juge.»

Dans cette affaire, l’ex-époux était gérant d’une société qui avait été placée en liquidation. Sa banque l’avait mis en demeure, en tant que caution solidaire, de régler la somme de 2 501,33 euros sous peine de déchéance du terme, c’est- à-dire l’exigibilité immédiate de la totalité du montant restant dû, soit 45 063,41 euros. Il avait également été assigné devant le juge des référés aux côtés des autres associés afin de constater la résiliation du bail consenti à sa société et en paiement d’arriérés de loyers de 117 111,28 euros et d’une indemnité d’occupation de 4 528,84 euros par mois.

En outre, son ex-épouse, qui était sans ressources lors du divorce, percevait à présent une modeste rémunération dans le cadre d’une activité d’animatrice (8 859 euros en 2013), tandis que lui-même, désormais à la retraite, touchait une pension légèrement inférieure à ses revenus de l’époque (5 076 euros contre 5 350).

Uniquement en cas de rente mensuelle

Ces circonstances justifiaient donc que le paiement de la rente mensuelle soit suspendu pendant dix-huit mois, puis que son montant soit abaissé à 600 euros par mois. La saisine du juge aux affaires familiales pour une demande de révision, suspension, voire de suppression, est possible uniquement si la prestation compensatoire est versée en rente mensuelle. Lorsqu’elle est octroyée en capital, le juge peut, tout au plus, si le paiement en a été échelonné, en allonger la durée (article 275 du Code civil).

Mieux Vivre

Partager
Publié par
Mieux Vivre

Articles récents

Retraites: pour le Premier ministre, « il faut dire aux Français clairement, tranquillement, que nous allons travailler plus longtemps »

Le Premier ministre veut consulter à nouveau les partenaires sociaux sur la réforme des retraites, malgré les menaces de grève…

21/11/2019 14:42

Tabac: d’ici 2025, les cigarettes seront aussi chères en Corse que sur le continent

C’est la fin d’un avantage fiscal accordé aux Corses en raison de l’insularité par… Napoléon Ier, par un décret de…

21/11/2019 13:55

Banque: une arnaque par SMS qui peut vider votre compte

En cliquant sur un lien frauduleux se trouvant dans un SMS, un hacker peut prendre possession de votre compte bancaire…

21/11/2019 11:18

La Bourse de Paris en baisse à cause du commerce, la FdJ star du jour

Le marché parisien reste sur la défensive toujours en raison des tensions sino-américaines. La FdJ fait quant à elle une…

21/11/2019 11:10

Assurance auto: avec la parité, les femmes payent plus cher leurs contrats

La fin de la discrimination entre les femmes et les hommes en matière d’assurance auto a conduit les femmes à…

21/11/2019 10:28

Bourse : ça banque illico pour la Française des Jeux

Première cotation en fanfare pour l'action FdJ à la Bourse de Paris, avec +15% par rapport au prix d'introduction.

21/11/2019 10:03