Décrocher son Working Holiday Visa pour visiter l’Australie et y travailler de façon ponctuelle

Etudier en Australie tout en ayant la possibilité de travailler de-ci de-là durant son séjour nécessite l’obtention d’un visa particulier. Réservé aux 18 – 30 ans, il faut réunir un certain nombre de conditions.

Les candidats au départ doivent cependant savoir qu’ils n’auront pas un emploi en rapport avec leurs diplômes. Crédit: iStock.

Le PVT, le Programme Vacances Travail (PVT), ou Working Holiday Visa (WHV) est un dispositif placé sous l’égide du ministère des Affaires étrangères, destiné aux jeunes de 18 à 30 ans qui souhaitent visiter l’Australie tout en travaillant de façon ponctuelle. Le travail ne doit donc pas être la raison principale de la venue de ces jeunes sur cette île.

Ils doivent détenir un passeport français en cours de validité et si possible valide au moins six mois après leur départ. Ils devront également détenir sur un compte bancaire une somme de 5000 dollars australiens (3173 euros environ au 10 avril 2019), ainsi qu’un billet de retour. Enfin, il leur faudra présenter aux autorités australiennes une attestation d’assurance qui les couvrira pendant toute la durée de son séjour pour leurs frais médicaux et leur rapatriement.

A LIRE >>> Investir dans l’immobilier à l’étranger: voici 5 biens qui dégagent jusqu’à 10% de rendement

Le PVT suppose d’obtenir un visa 417. La demande se fait sur le site du département de l’immigration australien. Les frais sont d’environ 450 dollars australiens.

Renouvelable sous conditions

Les candidats peuvent faire leur demande à tout moment dans l’année. Il y a peu de restrictions sur le type de poste qu’ils sont susceptibles d’occuper mais il ne pourront pas travailler plus de six mois pour le même employeur ou bien jusqu’à un an s’ils sont employés par une entreprise ayant plusieurs bureaux, magasins ou succursales et à condition de changer de lieu.

Au bout d’un an, il est possible sous certaines conditions de renouveler son visa. Il faut avoir travaillé au moins trois mois dans les secteurs de l’exploitation minière, de la construction ou de l’agriculture loin des grands centres urbains.

Les candidats au départ doivent cependant savoir qu’ils n’auront pas un emploi en rapport avec leurs diplômes. Les postes accessibles aux jeunes étrangers sont subalternes (serveur de restaurant, cueilleur de fruits, terrassier, vendeur dans un magasin…).

Sur le même thème

domiciliation fiscale à l'étranger Travailler à l'étranger

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique