YouTube pressé de mieux protéger les enfants

Dessins animés, comptines, jeux vidéos, etc: des millions d’enfants passent des heures sur YouTube, pourtant censé être réservé aux plus de treize ans. Une contradiction criante qui place la filiale de Google sous la pression croissante d’associations et d’élus américains.

Depuis plusieurs années, de nombreuses organisations de consommateurs et de protection de l’enfance accusent notamment YouTube de collecter, sans l’aval des parents, les données personnelles d’enfants de moins de treize ans, ce qui est interdit.

A LIRE >>> A qui profitent vos données personnelles?

Pour ces organisations, qui l’accusent aussi d’exposer les enfants à des vidéos violentes et de les bombarder de publicités, YouTube, qui compte quelque deux milliards d’usagers mensuels, sait pertinemment que les plus jeunes utilisent la plateforme puisqu’elle regorge de programmes et de publicités pour petits.

« Nous pensons que, désormais, YouTube doit changer complètement ses pratiques », affirme David Monahan, de Campaign for a Commercial-Free Childhood (« Campagne pour une enfance sans publicité »).

Le régulateur américain du commerce saisi

Cette association fait partie de celles ayant saisi plusieurs fois le régulateur américain du commerce, la Federal Trade Commission (FTC). Selon la presse américaine, la FTC met la dernière main à une enquête qui pourrait déboucher sur des amendes et des demandes de modifications.

En ligne de mire notamment: l’enchaînement automatique des vidéos et le système de recommandations, qui peuvent exposer les enfants à des vidéos inappropriées, ou la collecte de données telles que la localisation et l’appareil utilisé.

Or la loi américaine interdit depuis 1998 la collecte et l’utilisation commerciale de données des enfants de moins de treize ans sans l’accord explicite des parents. C’est d’ailleurs en partie pour cette raison qu’en 2015, YouTube a créé une version destinée à cette tranche d’âge YouTube Kids, aux contenus filtrés et sans collecte de données.

« Garder les enfants le plus longtemps possible »

Mais les enfants préfèrent la version originale. Selon une étude du Pew Reaserch Center en 2018, 81% des parents d’enfants de moins de onze ans disent avoir déjà laissé leur bambin regarder des vidéos sur la version principale de YouTube tandis que 34% affirment les laisser l’utiliser « régulièrement ».

« Leur modèle économique, c’est de garder les enfants le plus longtemps possible sur YouTube pour collecter leurs données, permettre le ciblage publicitaire et, dans bien des cas, les exposer à des contenus inadéquats », poursuit M. Monahan.

A LIRE >>> Facebook, Google, Microsoft… mais que font-ils de vos données personnelles ?

Ces associations avaient aussi affirmé dès 2015 que des contenus inadéquats pouvaient apparaître aussi sur la version Kids et s’inquiétaient d’y voir autant de publicités. Pour Jeffrey Chester, du Center for Digital Democracy, « la FTC doit montrer qu’elle protège les enfants » en sanctionnant YouTube.

Le Wall Street Journal a même évoqué une option radicale: que YouTube doive placer la totalité des contenus destinés aux plus jeunes sur YouTube Kids, ce qui pourrait être lourd de conséquences car YouTube pourrait perdre nombre d’annonceurs publicitaires et les revenus qui vont avec.

Sans collecte de données, YouTube Kids est beaucoup moins intéressante pour les annonceurs… Interrogée par l’AFP, Google a refusé de s’exprimer sur une quelconque enquête. « Nous examinons beaucoup d’idées pour améliorer YouTube et certaines restent cela, des idées », a indiqué un porte-parole.

« Tout le monde sait que les enfants vont en masse sur YouTube tous les jours mais l’entreprise n’a toujours pas entamé les étapes nécessaires pour protéger ses plus jeunes usagers », lance sur Twitter le sénateur Ed Markey, qui prévoit de proposer un texte destiné à protéger les enfants de ce type de dérives.

David Monahan estime que le régulateur devrait aussi se pencher sur la publicité cachée dans certaines vidéos, lorsque par exemple des « Youtubeurs » célèbres font la promotion de produits ou de marques, une pratique courante. « Les enfants ne savent pas détecter si quelqu’un est payé pour les convaincre d’acheter quelque chose », explique le militant.

YouTube est aussi régulièrement critiqué pour ne pas assez protéger son site des pédophiles et a pris ces derniers mois des mesures fermes, comme interdire la possibilité de commenter la plupart des vidéos montrant des mineurs.

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Articles récents

Coronavirus: des millions d’économies pour les complémentaires santé

Les spécialistes estiment que les mutuelles ont capitalisé 779 millions d’euros d’économies depuis le début de la crise sanitaire.

03/08/2020 16:42

Crise économique: et si la retraite complémentaire n’était pas revalorisée?

Plusieurs points flous entourent la revalorisation annuelle des retraites complémentaires. L’engagement de les faire évoluer au moins comme l’inflation jusqu’en…

03/08/2020 15:38

Comment choisir un fonds climat et quelle stratégie dans le choix des valeurs ?

Vous souhaitez donner du sens à votre épargne ? Pour choisir un fonds climat, découvrez en détail quelle stratégie les…

03/08/2020 14:25

Argent liquide: les fermetures de distributeurs de billets s’accélèrent

En 2019, la fermeture de distributeurs de billets (DAB) s’est poursuivie et accélérée principalement dans les communes les plus peuplées…

03/08/2020 14:14

Remboursement de la dette publique: vers un nouvel effort collectif?

L’Etat réfléchit à la manière de rembourser la dette qui explose, à cause de la crise sanitaire.

03/08/2020 13:15

Immobilier locatif: Orpi lance un estimateur de loyer

La coopérative immobilière lance son estimateur de la valeur locative d’un bien à destination des propriétaires-bailleurs.

03/08/2020 11:27