Le tribunal de Lille annule une procédure pour escroquerie rassemblant 838 victimes

Le tribunal correctionnel de Lille a annulé lundi une procédure visant la société spécialisée dans les énergies renouvelables Vitaleco et sept autres prévenus, poursuivies notamment pour « escroquerie » et « pratique commerciale trompeuse », au préjudice de 838 victimes.

Un « déséquilibre important s’est fait jour entre les parties », justifiant ainsi l’annulation du procès qui devait se tenir jusqu’à vendredi, a expliqué le président du tribunal correctionnel, Jean-Marc Defossez.

Cette décision fait suite à la demande d’annulation de la procédure présentée à l’ouverture du procès par maîtres Alexandre Demeyere et Franck Berton, avocats d’un des prévenus, sur le fondement de l’article 6 de la Convention européenne des droits de l’homme, qui porte sur le « droit à un procès équitable ».

A LIRE >>> Euro 2020: pour éviter les arnaques et les faux billets, achetez auprès de l’UEFA

Ils ont fait valoir que l’enquête préliminaire, conduite par la police judiciaire de Lille sous la direction du parquet, avait été menée en violation des droits de la défense et du principe du contradictoire.

« Le tribunal correctionnel de Lille a annulé l’ensemble de cette procédure, estimant que les principes directeurs du procès avaient été bafoués, à la fois par le parquet mais aussi par les services enquêteurs », a souligné Franck Berton à l’issue de l’audience.

« On a une enquête qui a été faite en fraude des droits énoncés par le code de procédure pénale ou le code pénal, et ils le savaient », a-t-il ajouté. « Ce n’est pas rien puisque c’est des milliers et des milliers de procès verbaux d’auditions ». Sollicités par l’AFP, le parquet de Lille et la police judiciaire n’ont pas souhaité commenter.

Un préjudice estimé à plusieurs millions d’euros

Les sept prévenus, ainsi que la société Vitaleco, étaient poursuivis au tribunal correctionnel notamment pour des faits d’escroquerie en bande organisée, de pratique commerciale trompeuse ou de pratique commerciale agressive, commis entre 2012 et 2017, pour un préjudice estimé à plusieurs millions d’euros. 838 victimes étaient répertoriées sur le rôle d’audience.

« C’est inadmissible, on est victime d’une incompétence de Madame la procureure qui n’a pas respecté les règles de procédure, et finalement ça profite aux gens qui sont poursuivis », s’est indigné Jack Colliez, habitant d’Abscon (Nord), qui a expliqué avoir payé 5.900 euros à la société Vitaleco pour l’installation d’un adoucisseur. 

A LIRE>>> Banque: une arnaque par SMS qui peut vider votre compte

« C’est du gâchis pour tout le monde, pour toute la procédure menée sur des années, pour la police qui a mené des enquêtes, pour l’appareil judiciaire, et pour nous les victimes ».

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP
Mots-clés : arnaquesVos droits

Articles récents

Les collectivités de province déroulent le tapis rouge pour attirer les Franciliens

Des collectivités de province en manque de main d'œuvre rivalisent d'initiatives et d'arguments pour encourager et accompagner les changements de…

19/01/2020 17:20

Respecté ou non, un plan de surendettement ne s’annule pas

Un client bancaire ne respectant pas le remboursement de son plan de surendettement ne peut pas être sanction par l’établissement…

19/01/2020 12:41

Le banquier doit se souvenir des crédits qu’il a accordés

La Cour de cassation vient de rappeler que selon la loi, un banquier est tenu de faire preuve de vigilance…

19/01/2020 09:30

Règlementation bancaire : quelles sont les mesures qui doivent s’appliquer en 2022 ?

L’Union européenne entame les négociations liées à la transposition de l'accord signé à Bâle fin 2017. Il est très décrié…

18/01/2020 12:00

Le Livret A, un livret pas si populaire que ça

La plongée du taux du livret A a son plus bas niveau historique n’aura pas tant d’impact que ça sur…

18/01/2020 11:05

ISF/IFI : Le Conseil constitutionnel valide le rejet de l’abattement sur les résidences principales en SCI

En réponse à une QPC, l’institution a estimé que la différence de traitement établie entre les détentions en direct et…

18/01/2020 10:00