Se connecter S’abonner

Linky: 8,2 euros par mois pour rejoindre une action collective contre Enedis

Deux avocats toulousains proposent de souscrire, moyennant un tout petit prix, à une assignation en justice collective contre les méthodes jugées agressives d'Enedis dans la pose du compteur Linky.

Depuis son déploiement en 2013, le compteur électrique Linky suscite les critiques. Un cabinet toulousain d’avocats a lancé, lundi 24 février, une procédure collective contre Enedis, la filiale d’EDF, qui pilote son installation. Ceux qui souhaiteront y participer devront s’acquitter de 8,2 euros par mois, c’est tout, relaye BFMTV.

Avant de mettre en place leur action, les juristes ont débuté par une pétition, en novembre 2019. Signée par 12 400 personnes, elle n’a pas pour autant changer la donne. La filiale d’EDF a fait savoir qu’elle ne comptait ni retirer les compteurs déjà installés ni arrêter leur pose. Pour faire le poids face à Enedis, les avocats doivent représenter un grand nombre de citoyens et se préparer à une action qui devrait, selon eux, s’étaler sur deux ans. Dès que les tribunaux judiciaires de Toulouse, Bordeaux, Grenoble, Foix et Tours compteront chacun 100 demandeurs, l’action en justice sera lancée.

Jusqu’au 31 mars pour se regrouper

Ceux qui souhaitent rejoindre l’action ont jusqu’au 31 mars pour se regrouper via la page linky.mysmartcab.fr. Ils devront ensuite s’acquitter du montant mensuel de 8,20 euros (soit 196,8 euros pour 24 mois), contre 45 euros (1 080 euros) lors d’une action classique. Le cabinet estime à 5 000 euros le préjudice moral, en raison des « pratiques commerciales déloyales » de la filiale d’EDF, que les participants peuvent espérer toucher.

A LIRE >> Compteurs Linky : la Cnil met en demeure Engie et EDF

Mi-février, la Cnil, gendarme français de la protection des données a mis en demeure les groupes dénérgie EDF et Engie, en leur accordant trois mois pour mettre en conformité la manière dont ils gèrent la collecte des informations personnelles des consommateurs par les compteurs communicants Linky. Et en mars 2019, 13 plaignants électrosensibles, de Haute-Garonne ont pu refuser l’installation du compteur Linky avec l’accord de la justice.