Se connecter S’abonner

« Le crowdfunding immobilier se positionne comme un investissement alternatif aux traditionnels placements court terme »

Jean-Damien Cerisier, président de Citésia, revient sur l’engouement des Français pour le crowdfunding en immobilier, qui ne cesse d’augmenter.

président de Citésia

Quelle est la place du crowdfunding immobilier dans le paysage français de l’épargne ?

Jean-Damien Cerisier : Le crowdfunding immobilier connait une forte croissance en France depuis sa création en 2014, totalisant une collecte de plus de 1,3 milliard d’euros au 31 décembre dernier. Selon la 5ème édition du Baromètre du crowdfunding immobilier, malgré la crise sanitaire, le marché est resté particulièrement actif affichant une collecte record de 505 millions d’euros répartie sur 589 projets, soit une augmentation de plus de 35% par rapport à 2019.

Démocratisée auprès du grand public grâce à sa simplicité et son accessibilité, cette solution d’investissement fait désormais partie des produits plébiscités par les particuliers et les investisseurs professionnels dans leur stratégie de diversification.

Quels sont les points de vigilance avant d’investir ?

Jean-Damien Cerisier : Avant tout investissement, il convient de s’assurer que la plateforme est bien agréée en tant que conseiller en investissement participatif par l’Autorité des marchés financiers. Ensuite, il est important d’analyser le projet dans lequel vous souhaitez investir et avoir connaissance des risques spécifiques liés à chaque opération.

Les projets mis en ligne par les plateformes font évidemment l’objet d’une sélection stricte, d’une analyse la plus exhaustive et objective possible. Cependant, l’absence de risques n’existe pas même si les plateformes mettent en place des garanties pour limiter le risque de perte en capital.

Bien qu’enregistrant à ce jour un taux de défaut inférieur à 0,5%, il faut avoir conscience que l’investissement en crowdfunding immobilier présente un risque d’illiquidité et de perte en capital. Enfin, il est recommandé de diversifier ses placements sur différents projets et d’investir des sommes adaptées à ses capacités financières.

Comment expliquer un tel engouement sur ce type de placement ?

Jean-Damien Cerisier : Dans un environnement où les rendements financiers s’amenuisent de toute part, de forte volatilité des marchés financiers et où les occasions de dépenser se raréfient à cause des restrictions liées à la pandémie Covid-19, le crowdfunding immobilier se positionne comme un investissement alternatif aux traditionnels placements court terme. D’une durée moyenne de 21 mois, il offre aux investisseurs un moyen de placement accessible, concret avec un rendement moyen de 9,3%, bien supérieur aux autres secteurs.

Outre le rendement particulièrement attractif sur un horizon court terme, l’absence de frais de souscription et l’imposition de ce placement à la Flat Tax de 30% sont également des paramètres d’investissement non négligeables pour les investisseurs.