Se connecter S’abonner

Placements : attention à ne pas négliger vos vieux PEL

Bien que soumis à fiscalité, les "anciens PEL peuvent se révéler particulièrement attractifs en termes de rendement, bien plus en tout cas que nombre de placements actuels. Explications. 

Perp épargne retraite

Dans un contexte de taux bas, la recherche de rendement est devenue un véritable travail d’enquêteur. Surtout pour ceux qui n’apprécient pas le risque. Dans de nombreux cas, la solution est pourtant toute proche et se trouve du côté des vieux PEL.

Certes aujourd’hui, un PEL ne rapporte que 1%. Qui plus est, les plans ouverts depuis janvier 2018 sont imposables et ne laissent que 0,7% net après déduction du prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30%. Mais il convient de rappeler que cela ne concerne que les PEL récents. Le taux de 1% n’est appliqué qu’aux PEL ouverts depuis août 2016.

2,07% nets avec un PEL d’une dizaine d’années

Certains vieux PEL affichent des rendements bien plus élevés. Un plan ouvert en 2010 rapporte par exemple 2,5% bruts et le taux monte à 3,27% pour un PEL ouvert en 2001. De surcroît, le taux obtenu à l’ouverture reste valable pour toute la durée de vie du plan. Aucun risque donc de le voir bouger en cours de route (comme avec un Livret A).

Bien sûr, et c’est là un argument souvent mis en avant pour motiver leur fermeture, ces vieux plans peuvent générer de la fiscalité. Pour les plans ouverts jusqu’à fin 2017, la règle est simple. Jusqu’au douzième anniversaire seuls sont dus les prélèvements sociaux. Ensuite, les intérêts sont soumis aux prélèvements sociaux et à l’impôt (PFU de 30%).

Exemple

Pour autant, même fiscalisé, un vieux PEL peut se révéler payant. Reprenons notre exemple de plan ouvert en 2010. Prélèvements déduits, il sert encore 2,07% (il est exonéré d’impôt). Quant aux plans de 2001, bien que taxés à 30%, ils offrent 2,29% nets. A l’heure actuelle, cela s’avère très compétitif pour un produit sans risque.

Date d’ouverture du PELTaux brutTaux net
Du 16/05/86 au 06/02/944,62%3,23%*
Du 07/02/94 au 22/01/973,84%2,69%*
du 23/01/97 au 08/06/983,10%2,17%*
du 09/06/98 au 25/07/992,90%2,03%*
du 26/07/99 au 30/06/002,61%1,83%*
du 01/07/00 au 31/07/033,27%2,29%*
du 01/08/03 au 31/01/152,50%2,07%**
(ou 1,75% si plus de 12 ans*)
du 01/02/15 au 31/01/162,00%1,66%**
du 01/02/16 au 31/07/161,50%1,24%**
du 01/08/16 au 31/12/171,00%0,83%**
A partir du 01/01/181,00%0,70%*
**Après prélèvements sociaux
* Après PFU de 30%
Source : MVVA

Clôture ou maintien ?

Arrivés à ce stade de la réflexion, nombre d’épargnants font face à une autre question : ai-je le droit de conserver mon PEL aussi longtemps que souhaité ? Par le passé, certains conseillers peu scrupuleux ont en effet usé de l’argument de la date butoir (ou de la fiscalité) pour inciter leurs clients à fermer leurs vieux PEL et à transférer leurs fonds vers de nouveaux produits.

A LIRE >>> Epargne logement : le PEL conserve-t-il encore un intérêt ?

Là encore, la règle est simple. Les plans ouverts depuis le 1er mars 2011 sont limités à 15 ans et seront automatiquement transformés en livrets bancaires à cette échéance (à un taux fixé par la banque). En revanche, les plans plus anciens n’ont aucune limite. Même s’il n’est plus possible d’y faire des versements après 10 ans, rien n’oblige à les clôturer. Et il peut même être profitable d’y « laisser dormir » son argent.