En matière de garde d’enfant, vous pensez à une solution sur-mesure plutôt qu’à la crèche ? Pour faire garder bébé en dehors des structures collectives, deux solutions : l’assistante maternelle et la garde à domicile. La première est agréée par le conseil départemental et accueille, chez elle, jusqu’à quatre enfants. La seconde, pour laquelle aucun agrément ni formation ne sont obligatoires, travaille chez les parents. La différence de coût dépend de votre nombre d’enfants, vos revenus, votre ville. Des calculs s’imposent !

Combien ça coûte ? 

L’« ass’mat’ » ne peut être payée moins de 0,281 Smic l’heure, soit 2,11 euros net en 2017, contre 7,61 euros pour une nounou (auxquels s’ajoutent divers indemnités et frais). Les tarifs des assistantes maternelles sont toutefois dans certaines villes largement plus élevés. Ces minima s’entendent par enfant pour l’assistante maternelle et par employée pour une garde à domicile. Le salaire de cette dernière est payé par les deux familles en cas de garde partagée.

A quelles cotisations serez-vous soumis ? 

Vous êtes généralement exonéré de 100 % des cotisations sociales dues au titre d’une assistante maternelle, contre 50 % pour une nounou à domicile. Dans ce second cas, vous bénéficiez toutefois d’une déduction forfaitaire de 2 euros par heure sur les cotisations à votre charge.

Quelles aides pour une garde d’enfant ?

Vous avez droit au complément de libre choix du mode de garde (CMG). Soit de 175 à 463 euros par mois pour un enfant de moins de 3 ans. Attention, il ne peut dépasser 85 % de vos dépenses de garde. Pour deux enfants, vous touchez deux fois l’aide s’ils sont chez une assistante maternelle, une fois s’ils sont gardés chez vous.

Quels sont les avantages fiscaux ? 

Un crédit d’impôt de 50 % des dépenses est accordé. Il ne peut dépasser 1 150 euros par an et par enfant pour une assistante maternelle, 6 000 à 7 500 euros par foyer (selon votre nombre d’enfants) pour une nounou à domicile (majoré la première année de recours à un employé à domicile).