Immobilier : ce qui change en 2018 pour les propriétaires

Modification du dispositif Pinel, suppression progressive de la taxe d’habitation, baisse de la taxation des plus-values du foncier… De nombreux changements en matière de fiscalité immobilière vont intervenir dans les prochains mois.

La suppression de la taxe d'habitation sera progressive et concernera 80% des foyers. ©iStockPhoto

Les lois logement et de finances en préparation apporteront leur lot de nouveautés fiscales pour les propriétaires de biens immobiliers. Certaines d’entre elles semblent sanctuarisées – comme la suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des Français – mais le Gouvernement LREM a
démontré à plusieurs reprises qu’il pouvait rapidement rétropédaler sur ses annonces. Même si rien n’est définitivement gravé dans le marbre avant le vote en Parlement, voici les principales dispositions auxquelles vous pouvez vous attendre.

Pinel et PTZ recentrés

Le Pinel et le prêt à taux zéro réservé aux primo-accédants (PTZ) devraient être reconduits pour quatre ans dans une version plus restrictive que l’actuelle, qui prendra fin le 31 décembre prochain. Sans surprise, alors que de nombreux professionnels de l’investissement avaient alerté sur les dangers du
dispositif Pinel dans des régions où la demande est faible, il sera donc exclu des zones « détendues
», classées B2 et C.

Même orientation donnée au PTZ pour l’achat de logements neufs, qui ne devrait être prolongé dans ces deux zones que jusqu’au 31 décembre 2019, avec un plafond réduit à 25 % du coût total de l’opération (contre 40 % actuellement). 

Dans les territoires où le marché immobilier est très actif (A, A bis et B1), le dispositif serait maintenu dans les mêmes conditions qu’aujourd’hui. A contrario, le PTZ utilisé dans l’ancien devrait être recentré selon un schéma inverse : prolongé dans les communes B2 et C, mais exclu dès le 1er janvier prochain en zones A, A bis et B.

Taxe d’habitation supprimée

La mesure la plus populaire de la campagne du candidat Macron, qui consiste à supprimer la taxe
d’habitation pour 80 % des foyers français, sera appliquée d’ici à 2020, moyennant un dégrèvement
progressif sur trois ans. 

Pour bénéficier de l’exonération, votre revenu fiscal de référence ne doit pas excéder 27 000 euros par an si vous êtes célibataire, 43 000 euros si vous êtes en couple, et 6 000 euros à ajouter à ces plafonds par demi-part supplémentaire. Les foyers éligibles verront baisser leur taxe d’habitation d’un tiers dès 2018, puis de 65 % en 2019.

Les plus-values du foncier moins taxées

Heureux comme un propriétaire foncier en 2018. Dans sa volonté de construire plus de logements, et plus rapidement, le ministère de la Cohésion des territoires agite la carotte fiscale afin d’inciter les détenteurs de terrains à bâtir.

Pour les particuliers, dans les zones tendues, un abattement sera appliqué sur les plus-values foncières à la revente jusqu’à la fin de 2020 : il sera de 70 % pour les cessions en vue de réaliser des logements sur le marché de droit commun, de 85 % si les projets immobiliers concernent du logement intermédiaire, et de 100 % pour du social.

Sur le même thème

Pinel Prêt à taux zéro suppression taxe d'habitation taxe d'habitation

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique