Immobilier à Rennes : ces zones sur lesquelles se positionner sans attendre

A Rennes, le marché immobilier est en pleine effervescence. Heureusement, les prix n’y flambent pas.

Le centre-ville de Rennes est très prisé par les acheteurs immobilier, mais d'autres secteurs sont en plein essor. ©iStockPhoto

« Rennes connaît une véritable frénésie d’achat, se félicite Fabien Oger, d’Era Immobilier. Petites, moyennes ou grandes surfaces, les candidats à la propriété cherchent tout.  » Et, phénomène nouveau, « la demande n’émane plus uniquement d’une clientèle locale », poursuit-il. Il faut dire qu’avec la mise en service en juillet dernier de la LGV, la ligne à grande vitesse, situant la ville à 1 h 26 de Paris, et l’ouverture à l’horizon 2020 d’une deuxième ligne de métro, la préfecture d’Ille-et-Vilaine ne manque pas d’atouts. Pour autant, si le volume de transactions explose depuis un an, les prix, eux, sont restés plutôt stables, avec une évolution dans l’ancien d’environ + 2,6 % pour les appartements et de + 3,4 % pour les maisons.

A l’ouest, en suivant le métro

Le centre-ville historique reste une valeur sûre avec des prix au mètre carré médians de 2 870 euros. Une famille vient ainsi de dénicher, à côté de la place Sainte-Anne, un quatre-pièces de 75 mètres carrés à rénover, avec un studio lié de 12 mètres carrés, pour 180 000 euros. Un peu plus éloigné du cœur de ville, « tout le secteur ouest de la commune, desservi par le métro dans les années à venir, offre de belles opportunités », analyse Morgan Dréano, de Century 21.

Le quartier Cleunay-Arsenal-Redon, notamment, est de plus en plus recherché. Le secteur Arsenal-Redon voit sa cote grimper malgré ses prix déjà élevés, autour des 2 700 à 2 900 euros le mètre carré. La raison ? Il se situe sur le tracé de la future ligne du métro, avec l’ouverture prochaine d’une station l’angle des rues de Redon et Claude-Bernard. Ici, de belles affaires sont encore à conclure. Rue du Sapeur-Michel-Jouan, un particulier n’a d’ailleurs pas hésité à acquérir un 47 mètres carrés avec travaux à 115 000 euros. Dans la zone de Cleunay, les prix s’affichent autour des 2 200 à 2 300 euros le mètre carré.

Rennes sud, en longeant la gare

Autre zone sur laquelle se positionner sans attendre, Sud-Gare. « L’aménagement de la gare SNCF, comprenant l’installation d’une nouvelle passerelle qui améliore l’accessibilité de ce secteur, va accroître la demande », précise Morgan Dréano. Actuellement, les tarifs y avoisinent les 2 200 à 2 400 euros le mètre carré. Les familles avec enfants trouvent, quant à elles, leur bonheur autour du Parc du Thabor, qui jouxte le centre-ville, où les maisons s’échangent dans les 550 000 euros en moyenne. Pour trouver moins cher, il faut se tourner vers Sainte-Thérèse et Sacrés-Cœurs, dans le quartier mitoyen de Sud-Gare. Là, « malgré une forte hausse du prix des maisons sur un an, à plus de 17 %, souligne Agnès Cotiniaux, agent mandataire OptimHome, des 100 mètres carrés s’y négocient encore à partir de 350 000 euros ».

Pour les investisseurs, une demande locative stable à Rennes

A raison de 350 à 450 euros pour un studio et de 500 à 550 euros pour un deux-pièces quel que soit le quartier, Rennes sert un rendement brut de 5 à 7% dans l’ancien. La ville garantit surtout une grande stabilité en termes de demande locative, grâce à sa démographie galopante (+ 15000 habitants en trois ans et 7000 à 8000 étudiants supplémentaires attendus d’ici 2020). Pour autant, conseille Fabien Oger, d’Era Immobilier, « il ne faut pas se cantonner à la proximité des facultés».Ainsi, le centre-ville et notamment sa zone sud, autour de la place du Colombier, sont des secteurs à privilégier. Un investisseur l’a d’ailleurs bien compris en achetant 70000 euros un 19 mètres carrés, rue du Docteur-Francis-Joly, qu’il loue 380 euros.

Pour ceux qui préfèrent investir à proximité immédiate de la faculté, direction Villejean, au nord-ouest. «Les meilleures rentabilités dans ce secteur sont dégagées par les trois et quatre-pièces que les étudiants cherchent pour des colocations»,explique Morgan Dréano, de Century 21. Pour preuve, ce 77 mètres carrés obtenu 130000euros et dont chacune des trois chambres est louée 330euros par mois.

Sur le même thème

immobilier Investissement locatif Rennes

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique