Prix de l’immobilier à Besançon : quels sont les quartiers les plus intéressants ?

Après les années de crise, qui avaient fait chuter les prix, l’immobilier à Besançon semble avoir retrouvé sa vigueur.

Dans le centre historique de Besançon, le mètre carré atteint 2 000 euros. ©iStockPhoto

Dans l’ensemble, le marché immobilier à Besançon s’est largement rétabli depuis deux ans », affirme Jacques Pargny, directeur de l’agence Era Besançon Flore Immobilier. Après les années de crise, qui avaient fait chuter les prix, le secteur semble avoir retrouvé sa vigueur.

« Il est fluide, l’activité est plutôt élevée », appuie Sami Badaoui, négociateur chez Bersot Immobilier. D’autant que « les taux d’intérêt ont un peu augmenté au début de l’année, poussant certains acquéreurs à s’activer pendant cette période », note le professionnel.

L’immobilier en ville très abordable

Les prix de l’ancien se rapprochent de la barre des 1 500 euros le mètre carré, à une médiane de 1 610 euros exactement, selon les Notaires de France, en progression de 1,4 % sur un an. Ce qui cache des disparités dans la préfecture du Doubs, zone tendue où la demande en logement est relativement élevée : au nord-ouest, dans le quartier Fontaine-Ecu, par exemple, on atteint sans peine les 2 000 euros le mètre carré.

Les prix peuvent aussi être soutenus dans le centre historique de La Boucle, où les besoins ne faiblissent pas, et à La Mouillère, en centre-ville, ou aux Chaprais et à la Butte, proches du centre. Contrairement à Saint-Claude, un secteur pavillonnaire de qualité au nord de la ville, mais « qui souffre du manque de commerces et de commodités », précise Sami Badaoui. Brégille, limitrophe du centre, peine également à trouver des acheteurs. Dans toutes ces zones, il n’est pas rare de trouver des biens en deçà de 1 500 euros le mètre carré.

Les appartements des années 50-60 moins demandés

Tous secteurs confondus, les professionnels locaux notent un désintérêt général des acheteurs pour les biens anciens, souvent vétustes ou dépourvus d’ascenseur. A moins de consentir un sérieux rabais sur les prix, les propriétaires ont donc intérêt à engager des travaux de rénovation avant la mise en vente.

Le neuf, en revanche, n’est pas en reste, s’étant bien développé à Besançon, et affiche des prix plus élevés. Les programmes de la place du Maréchal-Leclerc, quartier de la Butte, par exemple, « se commercialisent très bien à des tarifs compris entre 3 000 et 3 500 euros le mètre carré », explique-t-on chez Era.

Parmi les projets d’importance qui verront le jour dans les prochaines années, on peut citer la livraison d’ici à 2019 de 1 150 logements dans l’écoquartier des Vaîtes, au nord-est de la ville. Mais si vous souhaitez investir dans le neuf, ne comptez plus sur la réduction d’impôt Pinel. Dans le projet de loi de finances, la zone, classée B2, est exclue du dispositif à partir du 1er janvier 2018.

Besançon pour les investisseurs : la reprise est là

L’investissement locatif est de nouveau sur les rails : «On les croyait perdus, les investisseurs commencent à revenir»,constate Jacques Pargny, directeur de l’agence Era Besançon Flore Im-mobilier. Et ils peuvent compter sur un stock abondant: «Il y a beaucoup d’offres dans l’investissement locatif », ajoute Sami Badaoui, négociateur chez Bersot Immobilier, qui note la présence de nombreux frontaliers «disposant d’un petit pécule et qui investissent en ville, dans des F1 et F2. Moins dans les studios (sans cuisine séparée contrairement au F1, NDLR) ».

Dans l’ensemble, une part importante des acquéreurs sont des jeunes de 30 à 40 ans et «viennent des environs de Besançon», observe Jacques Pargny. Ils peuvent tabler sur un rendement intéressant dans la préfecture: si, dans l’ancien, la rentabilité moyenne est de 6%, «on peut atteindre 8 à 9% pour des petites surfaces, de 15 à 20 mètres carrés»,assure-t-il. L’agence Bersot indique ainsi avoir conclu une transaction portant sur un immeuble de trois appartements, de 130 mètres carrés au total, pour 208 000 euros, dans le quartier Battant, au nord du centre-ville. Le rendement à la clé était, pour l’investisseur, de 7%.

Sur le même thème

immobilier Pinel Résidence principale

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique