En Ile-de-France, la hausse des loyers accélère

Les loyers franciliens ont repris leur ascension. Le rebond est encore plus net en petite et en grande couronne qu’à Paris.

Crédit: iStock.

La hausse des loyers des logements privés à Paris, qui ralentissait depuis 2012, a légèrement accéléré l’an dernier, montre l’enquête annuelle de l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne (Olap). Avec une hausse moyenne de 0,8% l’an dernier à Paris comme sur l’ensemble de l’agglomération, « ce rythme d’évolution traduit une certaine reprise de la hausse des loyers« , note l’Olap dans un communiqué. Ces chiffres ne concernent ni le logement social, ni les appartements déjà meublés.

Depuis cinq ans, la hausse des loyers parisiens décélérait chaque année. A l’échelle de l’agglomération, elle s’était même interrompue en 2016 avec une stagnation. Dans la capitale, l’année dernière a été marquée par l’annulation par la justice en novembre de l’encadrement des loyers, en vigueur depuis 2015 dans le cadre de la loi Alur. Cette annulation a été confirmée en juin en appel.

A LIRE: Propriétaires bailleurs: 3 solutions pour vous prémunir des loyers impayés

La municipalité de Paris a d’ores et déjà affirmé son intention de réinstaurer le dispositif dans le cadre de la future loi logement, dite Elan et portée par le gouvernement actuel: le texte prévoit de laisser aux collectivités le choix de recourir ou non à l’encadrement.

Un rebond des loyers encore plus marqué de l’autre côté du périphérique

Quant aux loyers demandés aux personnes emménageant dans un nouveau logement, dont le niveau est plus représentatif de l’évolution du marché même s’il est aussi encadré, ils ont progressé d’un peu plus de 2% l’an dernier à Paris. L’an dernier, dans la seule capitale, ces « relocations » se sont conclues à un loyer moyen de 24,7 euros le mètre carré (m2) contre 24,5 euros l’année précédente. 

Si la capitale reste dans la tendance observée l’année précédente, le reste de l’agglomération enregistre un net rebond après une stagnation des loyers des nouveaux locataires en 2016.

« L’inversion de tendance est (…) nette en petite couronne – +3,1% contre +0,3% – et surtout en grande couronne: +2,2 % alors que, sur les trois années précédentes, les nouvelles locations se concluaient à un loyer inférieur au précédent », note l’Olap. L’Olap produit des statistiques sur les niveaux et l’évolution des loyers dans l’agglomération parisienne depuis plus de 30 ans, et sur l’ensemble de la région depuis 2013.

Sur le même thème

Encadrement des loyers Impayés de loyers

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique